Un vote de sécession ?

Le résultat du premier tour de l’élection présidentielle peut être lu de deux manières. Si l’on suit une grille de lecture politique, on peut comptabiliser trois blocs idéologiquement cohérents et de force comparable. La droite néolibérale rassemble 32,63 % des voix autour des candidatures d’Emmanuel Macron et de Valérie Pécresse ; l’extrême droite identitaire (Le Pen, Zemmour et Dupont-Aignan) constitue un deuxième bloc qui pèse 32,28 % des suffrages ; enfin, le total des voix de gauche et d’extrême gauche représente un dernier bloc rassemblant 31,94% de l’électorat. Reste les 3,13% des électeurs de Jean Lassalle, inclassable politiquement.

Continue reading

Quel bilan pour les vingt ans de l’euro?

Ce texte correspond au travail de préparation d’une interview vidéo accordée au Figaro.

Cela fait 20 ans aujourd’hui que nous avons abandonné les monnaies nationales pour l’euro. Pour aucun candidat à la présidentielle, il n’est question de revenir sur la monnaie unique. Les Français ne veulent plus en entendre parler ?

Les Français craignent surtout pour leur épargne et leur pouvoir d’achat. Changer de monnaie leur paraît sans doute comme un saut dans l’inconnu.
Continue reading

Le populisme de gauche a-t-il un avenir ?

Depuis le milieu des années 2010, inspirée par les exemples de Podemos ou de Syriza, ainsi que par des mouvements tels que Occupy Wall Street ou los Indignados, une partie de la gauche a conçu, puis mis en œuvre, une stratégie politique fondée sur le « populisme de gauche ». Son but était de répondre aux impasses de la gauche de gouvernement accusée de s’être compromise, au nom du « réalisme » et de la bonne gestion, en accompagnant et en légitimant le cadre néolibéral du capitalisme contemporain.

Continue reading

Contre le populisme de gauche

À chaque fois que je lance sur les réseaux sociaux une discussion sur le sujet de la politique sanitaire, je me retrouve à devoir gérer des commentaires hostiles et bourrés de fausses informations et je reçois moultes accusations comme quoi je serais devenu un traite à la cause.

(Par contre quand je livre une tribune détaillée et argumentée sur la présidence de l’UE je reçois beaucoup moins de commentaires.)

Ceux qui croient que j’ai changé d’opinion ne m’ont sans doute jamais lu correctement. Je me suis toujours exprimé sans aucune complaisance contre les tenants de la pensée magique. Et si je critique les économistes mainstream, les néolibéraux, le fonctionnement de l’UE et du marché unique et les dérives d’une certaine gauche tentée par le populisme c’est au nom des mêmes principes et c’est parfaitement cohérent avec tout le reste.
Continue reading

Coralie Delaume, souverainiste du peuple

Cet article est une version légèrement modifiée et complétée d’une tribune publiée le 20 septembre 2021 par le Figarofox.

Le livre posthume de Coralie Delaume, Nécessaire souveraineté, vient de sortir chez Michalon, son éditeur. Son décès prématuré à l’âge de 44 ans, le 15 décembre 2020, a marqué la brutale conclusion d’une pensée qui n’a jamais cessé d’évoluer, de se remettre en question, de s’affiner et de s’affirmer.

Jusqu’au bout, elle travailla. Ce petit ouvrage, achevé au début de l’été 2020 et qui se retrouve aujourd’hui dans les librairies, n’est qu’un élément d’une réflexion bien plus vaste qu’elle avait engagée sur la Nation et sur l’État. Le sujet à vrai dire est immense, partiellement délaissé par les intellectuels de plateaux télévisés qui préfèrent souvent verser dans le combat identitaire ou scander de grandes phrases sur les libertés plutôt que de s’intéresser aux prérequis de la démocratie, à ce qui la fait vivre et à ses conséquences.

Continue reading

La social-écologie est-elle l’avenir de la gauche ?

Anne Hidalgo, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon sont au moins d’accord sur une chose. Les projets de gauche classiques fondés sur la seule défense des catégories populaires sont désormais insuffisants. Face à l’urgence climatique et aux limites que la nature nous impose, les politiques sociales doivent s’accompagner d’une ambitieuse transformation écologique de notre système productif et de nos modes de vie.

Ce double objectif, social et écologique, se retrouve dans presque tous les discours. Pour défendre sa candidature, Hidalgo prône l’avènement d’une « République sociale et écologique » ; Jadot de son côté souhaite que les politiques publiques soient consacrées « au climat, à la justice sociale, à l’égalité femmes-hommes » ; quant à Mélenchon, il ne propose rien de moins que « l’harmonie des êtres humains entre eux et avec la nature » par le biais d’une « planification écologique et démocratique ».

Continue reading

« Cela coûte très cher de ne pas augmenter les fonctionnaires! »

Interview pour Marianne à Hadrien Mathoux dans le cadre de la préparation d’une enquête sur les rémunérations du secteur public

Nos chiffres montrent que les revenus de toute une série de fonctionnaires (profs, magistrats, cadres, ingénieurs) s’effondrent depuis les années 1980. Y a-t-il une paupérisation de la fonction publique ?

Le mot « paupérisation » me semble excessif si l’on parle de la fonction publique en général. Le salaire moyen y est proche de celui du privé (2276 euros net par mois contre 2238 euros en 2017). Il faut cependant tenir compte du fait que les personnes qui travaillent pour le secteur public sont en moyenne plus qualifiées que celles du privé. Le problème est moins un risque de paupérisation qu’un sentiment d’injustice que ressentent les fonctionnaires lorsqu’ils constatent qu’à compétence et niveau de responsabilité équivalents ils sont moins bien moins payés qu’un salarié du privé. Continue reading

Qu’implique la décroissance du PIB?

Posons le problème directement.
Faire décroitre le PIB revient à diminuer l’ensemble des revenus monétaires. Ces revenus monétaires correspondent soit aux revenus directs des ménages (revenus du travail et du patrimoine) soit à leurs revenus indirects (prestations sociales en nature ou en espèce, valeur de leur capital financier).

La question à laquelle il faut répondre est donc la suivante:
Si l’on part du principe qu’il n’est pas possible de découpler la croissance du PIB et les atteintes environnementales, alors comment rendre acceptable politiquement et socialement une baisse du PIB, soit une diminution globale des revenus, dans des sociétés dominées par la défiance envers les institutions après 30 ans de néolibéralisme? Continue reading

Le revenu universel et ses alternatives

Entretien avec Mathilde Nutarelli pour Le Temps des ruptures

Avec la pandémie et les difficultés économiques qui en ont découlé, le revenu universel a le vent en poupe. Expérimentations dans certaines régions ou pays, élus demandant de le mettre en place, … Le sujet est omniprésent depuis un an. C’est une notion très large qui englobe plusieurs visions. De la version libérale de Milton Friedman au salaire à vie de Bernard Friot, les écarts sont importants, tant sur le plan idéologique que pratique. Pourriez-vous nous exposer brièvement les différentes philosophies qui sous-tendent ce concept ?

Derrière le revenu universel, il y a beaucoup de conceptions différentes, qui vont de la plus libérale à la plus communiste. La proposition de Milton Friedman n’est pas tout à fait un revenu universel, c’est plutôt une allocation minimale, un impôt négatif. Il propose que les personnes ayant un revenu inférieur à un certain seuil puissent toucher une allocation complémentaire. Chez Bernard Friot, à l’inverse, l’objectif est de remplacer le capitalisme. Pour cela, il propose que tout le monde ait un revenu socialisé qui se substitue au revenu de la sphère privée. Entre ces deux principes, il y a de grandes différences. On peut aussi citer le « Liber » des libéraux à la Gaspard Koening, le revenu de base du Mouvement Français pour un Revenu de Base (MFRB), ou encore le revenu universel d’existence de Benoît Hamon. Continue reading

Doit-on avoir peur de la dette publique ?

Pour l’Anjou Laïque n°136, Juillet 2021

La crise sanitaire, l’effondrement des rentrées fiscales et les mesures de soutien engagées pour sauver les entreprises ont coûté très cher. La dette publique française a ainsi augmenté d’environ 270 milliards d’euros en 2020. Une somme à laquelle il faudra ajouter le déficit de l’année 2021 qui sera sans doute très élevé. Ce surcroît de dette publique ne risque-t-il pas de menacer les comptes publics et d’empêcher notre pays de prendre les mesures d’investissement nécessaires pour financer son avenir et ses services publics ? Continue reading