BUApro spécial réponse en ligne – novembre 2022

Site web de la BU d'Angers

Site web de la BU d’Angers

Depuis plusieurs années, nous organisons des visites professionnelles thématiques de la BUA d’Angers plusieurs fois par an, que nous voulons “utiles, utilisables et désirables” pour nos visiteuses et visiteurs, que ce soit en termes de dynamique d’équipe, si plusieurs personnes d’un établissement font le déplacement, qu’en matière d’échanges avec des collègues d’horizons variés.  Ces visites ne se limitent pas à la découverte des espaces et à un moment d’échange avec un ou deux professionnels de la BUA.

Elles permettent aux collègues qui y participent de repartir en ayant vraiment utilisé des méthodes UX, sur un terrain neutre pour eux, et de se faire une idée du fonctionnement et de la réception par le public des services de la BUA. C’est aussi l’occasion d’échanger activement avec des participant·e·s de profils variés et une dizaine de collègues d’Angers, et de notre invitée du moment, Julie Willems, responsable des services au public de la bibliothèque universitaire de Luxembourg, en séjour Erasmus professionnel à la BU d’Angers pendant cette période.

Après 2 années  où la présence et la réponse en ligne ont joué un rôle particulier en terme d’accueil, nous nous intéressons en cette fin d’année 2022 aux usages et pratiques de la réponse en ligne, via nos différents canaux de communication synchrone et asynchrone, avec l’aide d’une stagiaire conservatrice, Alissar Levy. Ce BUApro permettra de collecter et d’exploiter :

  • des données et ressentis d’usages de la réponse en ligne via nos différents canaux de communication (LibAnswers, Libchat, réseaux sociaux…), côté usagers et côté professionnels
  • des données et ressentis sur l’organisation du circuit de la réponse en ligne en interne et les contraintes de la continuité d’activité
  • des données sur l’organisation centralisée d’un circuit de demande de documents, unifiant PEB et demandes d’achat et les conséquences pratiques d’une telle organisation…

Il ne s’agit ni d’une journée d’étude, ni d’une série de conférences, mais d’une mise en pratique, sur de vraies données et sur le terrain, qui nous permettra de réfléchir ensemble. L’idée est qu’organisatrices et participant·e·s y puisent des idées pratiques de transposition sur leur propre terrain.

Cette 12ème édition de BUApro aura lieu les mercredi 23 et jeudi 24 novembre 2022, sur deux courtes journées sur site. Les inscriptions se font ici. Le temps de travail sera organisé de la manière suivante :

  • Mercredi 23 novembre : 11h – 17h30 : faire connaissance entre participant·e·s et se familiariser avec les espaces + 2 ateliers de collecte ou exploitation de données.
  • Jeudi 24 novembre : 9h-15h : restitution et speed-dating.

Pour permettre une dynamique de groupe fluide, les inscriptions sont limitées à 15 personnes. Si vous venez en équipe, chaque personne doit s’inscrire de manière individuelle. En cas d’affluence, nous constituerons une liste d’attente et vous préviendrons en cas de désistement ou d’organisation d’une nouvelle session.

>>>>>>> Inscriptions via eventbrite [ouvertes pour le BUApro des mercredi et jeudi 23 et 24 novembre]

À bientôt !

Fontaine, je boirai de ton eau

fontaine_a_eau_BUAAmandine Jacquet m’a appris qu’un de nos dadas angevins, très répandu dans les bibliothèques ailleurs dans le monde, allait devenir obligatoire en France à compter du 1er janvier 2022. Tous les établissements recevant du public seront désormais tenus d’être équipés d’au moins une fontaine d’eau potable accessible au public (1) par tranche de 300 personnes accueillies.

J’en profite donc pour remettre en lumière cet extrait du billet de février 2019 qui parlait principalement de l’installation de nos distributeurs “sans gobelets”, mais aussi en passant de nos fontaines à eau, parce que c’est maintenant qu’il faut commencer à vous préparer à rendre ce service, nouveau peut-être pour vous et très apprécié des publics, dès janvier 2022.

De l’eau à volonté

Depuis 2010, nous offrons à nos usagers dans chaque BU un distributeur eau froide à 5°, eau chaude à 80°, qui garde l’incontestable mérite d’offrir un service gratuit moyennant un investissement à 1500 € –  après des tribulations nombreuses sur le choix du modèle. Si vous souhaitez mettre en place ce service, notez 4 choses importantes pour votre analyse des besoins :

  1. installation sur le réseau d’eau potable et contrat de maintenance et nettoyage 2 fois par an,
  2. gros débit (pour éviter les files d’attente) et espace de distribution confortable (au moins 35 cm entre la sortie d’eau et le socle),
  3. boutons poussoirs robustes,
  4. système d’évacuation performant +++, une personne sur deux rinçant son mug de la veille à même la fontaine, ce dernier constat s’appuyant sur des dizaines d’observations et la mort par asphyxie par excès d’arrosage d’un papyrus placé à proximité d’une fontaine à l’évacuation insuffisante.

Continue reading

Les “visites” BUApro : une édition particulière

feminismeDepuis plusieurs années, nous organisons des visites thématiques de la BUA d’Angers trois fois par an, que nous voulons “utiles, utilisables et désirables”, qui ne se limitent pas à une simple découverte des espaces, mais qui permettent de repartir avec une véritable vision des enjeux de la mise en place de tel ou tel service, grâce à des observations in situ et des rencontres avec le personnel de la bibliothèque. La crise sanitaire nous a fait suspendre temporairement ces visites depuis la dernière en décembre 2019.

Nous avons envie, pour clore le “Mois du Genre” organisé par l’université d’Angers en mars 2021, de vous inviter à un BUApro un peu particulier. Participer à une visite professionnelle active et créative n’implique pas forcément de prendre un train et les méthodes UX (entretiens à distance, enquêtes flash, analyses de sets de données d’usages) peuvent aussi permettre de découvrir de l’intérieur le fonctionnement d’un service !

Nous avons choisi une thématique que nous n’avons jamais explorée jusqu’ici : peut-on avoir une lecture féministe du fonctionnement de la BUA ? Continue reading

En lieu sûr ?

en lieu sur twitter bleuLe décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 a formellement autorisé le retour des usagers dans les bibliothèques universitaires, sans autre précisions (pour en savoir plus, voir l’article d’Actualitté sur le sujet).

Le 2 juin au matin, la MISTRD envoyait sur la liste de diffusion des directrices et directeurs de BU, un vademecum  sur les conditions d’ouverture en service restreint de services de prêt-retour de type 30 minutes chrono en se référant exclusivement au décret abrogé du 20 mai. Continue reading

30 minutes chrono : un service de transition

30 minutes chronoNous avions 3 motivations principales pour nous astreindre à détricoter temporairement le fonctionnement de la BUA après le déconfinement :

1.  permettre aux collègues, las de rester assignés à domicile, de revenir travailler sur site,

2. nous habituer, alors que la circulation du coronavirus en Maine-et-Loire est très faible, à intérioriser jusqu’à la routine les gestes barrières,

3. ne pas laisser dormir la montagne de papier imprimé tout l’été alors que quelques étudiants et chercheurs s’en sentaient privés. Continue reading

Du PCA au PRA

polatoucheInvitée le 30 avril par la Commune Louise Michel, la remarquable structure virtuelle mise en œuvre par un groupe de jeunes conservatrices DCB28 pour favoriser des échanges professionnels informels pendant leur fin de scolarité confinée, je devais leur parler de Confimanagement, comme mes autres collègues mentors (Greg Miura, Yann Marchand et autres volontaires).

Le moment prévu pour cette causerie m’a donné l’occasion de parler, à chaud, du délicat moment de bascule entre le PCA (Plan de continuité d’activité) et le PRA (Plan de reprise d’activité). Dans la foulée, cela m’a donné envie de le documenter, sans recul aucun, sur #BUApro.

Voici tout d’abord la présentation que j’ai faite pour les volontaires de la “Commune Louise Michel” , qui reprend les éléments du billet Confimanagement et le noyau embryonnaire du présent billet. Elle est illustrée d’images du #BestiaireDesBibs (1) et mise sous le signe du Polatouche volant, petit écureuil se laissant flotter pour mieux atterrir.

Il ne s’agit pas d’un retour d’expérience, mais d’une photographie des outils “bruts” à notre disposition pour accompagner cette transition étrange, que nous allons tous traverser au même rythme, d’un bout à l’autre de la France, ni tout à fait pareil, ni tout à fait autrement.

Comme le précédent billet confiné, il est construit sur le plan “sens, processus, contenus”, pris cette fois dans le “bon” ordre.

Continue reading

Combien ça coûte ?

billet_combien_ca_couteA l’occasion de causeries sur le budget ou les carrières et rémunérations, de l’accueil de stagiaires mais aussi lors de la rédaction d’appels à projets ou d’échanges avec la direction du pilotage et l’évaluation de l’université d’Angers, j’ai réalisé que les ordres d’idées sur “combien coûte une activité ?” n’étaient pas toujours clairs dans l’esprit de chacun et que les notions de “cher” ou “pas cher” étaient souvent basées sur nos “paniers-de-la-ménagère” de particuliers de la classe moyenne.

Puisque visiblement, tout le monde ne prend pas le même plaisir malsain que moi à lire les “jaunes” des lois de programmation budgétaire sur le site “Forum de la performance” (je recommande chaudement si vous avez du mal à vous endormir  si vous voulez comprendre ce qui est fait de vos impôts au niveau “macro”),  je vais faire simple et proposer, à ceux que la question intéresse, un petit recueil d’exemples commentés et un petit calculateur “maison” permettant de bricoler avec un de mes outils de gestion préférés, les estimations de Fermi.

Continue reading

Médiation animale : mignon certes, mais encore ?

mediation_animale_3Parmi les actions qui nous valent déjà plein de questions, il y a celle de médiation animale organisée dans les BU d’Angers entre novembre et décembre 2019, partagée en un torrent de photos toutes plus mignonnes les unes que les autres sur les réseaux sociaux. Les billets #BUApro servant à la fois à documenter les choses pour nous-mêmes (une espèce de rapport d’activité de projets assez libre et sans langue de bois) et à éviter d’avoir à répondre personnellement à plein de mails de collègues curieux, voici un sujet de billet tout trouvé en cette fin 2019.

Je vais partir des questions qui m’ont été posées jusqu’ici :

  • C’est quoi exactement la médiation animale ? Comment vous est venue l’idée ?
  • Quelles relations et contractualisation avez-vous eues avec les intervenantes ?
  • Pourquoi faire un truc pareil ?
  • Et ça se passe comment en pratique ? Pour les personnes allergiques ou qui ont peur, vous faites comment ? Y a-t-il eu un avis du service hygiène et sécurité de l’université ? Un passage devant les instances CHSCT ?
  • Combien ça coûte ?
    • ce point fera l’objet d’un billet à part ultérieurement, sous forme d’une note de gestion circonstanciée lorsque notre stagiaire DCB enssib l’aura rendue à l’enssib – et nous l’aura envoyée, histoire qu’il ne soit pas accusé de plagiat. Une réponse rapide ici si vous n’avez pas le temps d’aller plus loin : 3000 € en frais directs de fonctionnement (les honoraires et frais de déplacement des intervenantes pour 40 heures/femmes et animaux) . La note budgétaire dans le billet à suivre détaillera les frais indirects et le coût complet.
  • Quelle réception de la part des publics, des collègues, des intervenantes et de leurs partenaires animaliers, de la tutelle, de l’extérieur ?
    • Un travail plus systématique devrait être fait courant 2020 dans le cadre d’un stage, histoire d’assurer un peu de neutralité et vous ne trouverez dans le présent billet qu’une approche à chaud et quelques exemples.
  • La question de la communication fait l’objet d’un billet à part, complété à la suite de cet archivage du billet de base de présentation au public de l’action sur le site web BUA.
  • Continue reading

    Prêt de matériel en nombres et en mots

    Mise en scène des différents matériels en prêt à la BUALe prêt de matériel est un service offert par la BUA depuis mai 2016. Depuis le premier billet sur le sujet en date de 2017, nous avons vu grandir et se développer le service.

    Début 2019, Anne Gourhant, une collègue de Lyon 1 qui a fait son stage FIBE à la BUA en mars 2019 et Tony Châtelain, un stagiaire M2 Bibliothèques ayant travaillé avec nous pendant 4 mois, ont aidé à faire un bilan d’étape de la réception de ce service, tant côté publics que côté personnels, dans le cadre d’une réflexion sur le passage au libre service d’une partie des transactions concernant le matériel. Fin 2018, une étudiante enssib DCB 27, Camille Catudal, avait, elle, rédigé une petite étude de cas sur la communication autour du service de prêt de matériel à la BUA, dans le cadre de son mémoire de recherche.

    Ce billet vous donne un aperçu de ces travaux tant quantitatifs que qualitatifs. Plus que les données brutes, ce qui peut intéresser un lecteur professionnel passant sur BUApro, ce sont les méthodes et modalités de questionnement pour comprendre l’appropriation et l’évolution d’un service tant du côté public que des professionnels.

    Continue reading

    Médiation animale : un “non-plan-de-comm”

    antoine_mediation

    L’action de médiation animale expérimentée par la BU d’Angers de novembre à décembre 2019 a eu une bonne couverture médiatique, et connu une affluence soutenue. Y avait-il un plan de comm’ pré-établi ?  Quel effort de comm’ avons-nous vraiment fait et pourquoi ? Obtenir une couverture médiatique était-il le résultat escompté ou cette action est-elle une é-nième illustration de l’adage “Agir pour communiquer ” ?

    Le présent billet reprend, en fin de post, le texte du billet de présentation de l’action publié dans la nuit du 13 au 14 novembre sur le site web de la BU, histoire de l’archiver quelque part.

    Il permet de recenser, à chaud, la couverture presse faite sur l’action et la manière dont nous avons été contactés par des journalistes, et un essai de quantification des vues/partages des contenus partagés par nous sur les réseaux sociaux.

    Il revient enfin sur notre “non-plan-de-comm'” délibéré et l’idée que certaines choses “marchent toutes seules” lorsqu’on touche juste sur une idée “dans l’air du temps” et qu’on répond à un besoin, même inexprimé en tant que tel.

    Continue reading