Les innovations du deep web

Le deep web est souvent confondu avec le dark web. On le voit alors comme une plateforme pour les drogues , les armes, et tous types de commerces illégaux. Hors le deep web est surtout une mine d’informations, notamment scientifiques. Le DOE OSTI ” Department of Energy : Office of Scientific and Technical Information ” de l’état du Tennessee aux états-unis a décidé d’exploiter ces ressources pour les rendre accessibles au plus grand nombre. Ils veulent rendre les recherches internet plus précises et plus rapides pour tous les citoyens.

bureaux de OSTI
Ci dessus les bureaux de l’OSTI à Oak Ridge, Tennessee.

Pour aller plus Loin :https://www.osti.gov/home/news/announcements/2008/june/sbir.shtml
En connaître plus sur l’OSTI : https://www.osti.gov/home/about.html

Le deep web n’est pas une masse d’informations inutiles, mais bel et bien des quantités énormes de données exploitables, pour peu qu’on s’y intéresse et s’en donne les moyens.

La monnaie du Web invisible

Bitcoin, de l’anglais « bit » : unité d’information binaire et « coin » : pièce de monnaie) est une monnaie cryptographique et un système de paiement peer-to-peer (est un modèle de réseau informatique proche du modèle client-serveur mais où chaque client est aussi un serveur) inventé par Satoshi Nakamoto, qui annonce l’invention en 2008 et publie le logiciel open-source en 2009.

Son unité de compte est le bitcoin, limitée à 21 millions d’unités et divisible jusqu’à la huitième décimale. Toutes les transactions sont vérifiées par les nœuds du réseau et enregistrées dans un registre public infalsifiable appelé « blockchain ». Le système fonctionne sans autorité centrale, ni administrateur unique, mais de manière décentralisée grâce au consensus de l’ensemble des nœuds du réseau. Bitcoin est la plus importante monnaie cryptographique décentralisée avec une capitalisation proche de 10 milliards d’euros en 2016.

Symbole du Bitcoin

Les bitcoins sont créés conformément au code source du logiciel, en rétribution du traitement des transactions. Certains utilisateurs mettent à contribution leur puissance de calcul informatique afin de vérifier, d’enregistrer et de sécuriser les transactions dans la chaîne de blocs. Cette activité, appelée minage, permet aux participants d’être rémunérés pour chaque nouveau bloc validé.
Les bitcoins peuvent ensuite être échangés contre d’autres monnaies, biens ou services.
Le prix de la crypto-monnaie, est fixé principalement sur des places de marché spécialisées (il n’y a pas d’autorité centrale pour fixer le prix), selon la loi de l’offre et de la demande.

En tant que moyen de paiement, Bitcoin est accepté par un nombre croissant de commerçants.
Une transaction bitcoin est irrévocable et ne peut être annulée.
Malgré une croissance de 500 % du nombre de marchands acceptant le bitcoin en 2014, la crypto-monnaie n’est pas encore très implantée dans le commerce de détail mais continue de s’implanter dans les échanges commerciaux.

Depuis sa création en 2009 et jusqu’à la fermeture par les autorités américaines de Silk Road, Bitcoin a été utilisé majoritairement comme moyen d’échange par des réseaux criminels, pour des jeux d’argents, acheter des substances illicites et des bases de données piratées.
La crypto-monnaie a attiré l’attention des régulateurs financiers, des organes législatifs de différents pays notamment américains et des médias.
Néanmoins, ces dernières années, la crypto-monnaie a mûri et un nombre croissant d’études concluent que ces activités illégales, bien qu’elles existent toujours comme dans tout système de paiement, ne représentent plus qu’une part minoritaire des échanges de la crypto-monnaie.

Le symbole monétaire officiel « BitcoinSign.svg » a été déposé et accepté en 2015 auprès d’Unicode (standard informatique qui permet des échanges de textes dans différentes langues, à un niveau mondial).
Les sigles correspondants, utilisés par les plateformes d’échanges, sont « BTC » et « XBT ». Parmi les symboles non officiels utilisés, on trouve « ฿ » et « Ƀ ».

Pour suivre l’actualité : https://bitcoin.fr

Le web Invisible ou le Deep web

Le web profond, appelé aussi web invisible ou web caché (en anglais Deep web) désigne la partie de la Toile accessible en ligne, mais non indexée par les moteurs de recherche classiques généralistes.
Cette terminologie oppose « web profond » à web surfacique.
Le deep web représenterait 96 % de l’intégralité du web1.

Voici une vidéo de présentation sur le Web invisible.

Lien de la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=Z-WN_jasTpM
Source définition : wikipédia

Chercher de l’information sur le web invisible : pour qui et pour quels usages ?

3139741

Le web profond propose des ressources utiles à diférentes catégories de professions, différents domaines d’activités et applications.

Exemples :

pour la recherche académique, on y trouve des documents techniques, des revues spécialisées et des thèses publications scientifiques.

Pour se renseigner; interroger, faire remonter les derniers articles parus sur des domaines très techniques et spécialisés (veille technologique, sectorielle, concurentielle).

Les cyberdocumentaires ont accès à des informations plus précises et documentées pour enrichir la bases de connaissances mise à disposition des collaborateurs de l’entreprise.

Les net surfeurs peuvent ainsi enrichir la base des moteurs de recherche/portails ou annuaire web.

Les outils de recherche sont :

Biznar.com qui met à disposition des ressources pour le business.

Mednar, pour la veille médicale/santé (recherche académique).

WorldWideScience.org qui propose près de 50 milllions d’articles, livres, rapports et minutes de conférences dans différents domaine techniques et scientifiques.
un autre outil de recherche concernant les sciences : Scienceresearch.com

Base pour la recherche académique et bibliographique.

Lien de l’image :
http://images.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fwww.neonmag.fr%2Fcontent%2Fuploads%2F2013%2F06%2F3139741.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fwww.neonmag.fr%2Fle-deep-web-le-cote-obscur-de-la-toile-313974.html&h=497&w=642&tbnid=_cxbznzjfQmm6M%3A&vet=1&docid=RacW_0-8L5QycM&ei=vEo0WNy1A8eHaMLbg0g&tbm=isch&iact=rc&uact=3&dur=1383&page=0&start=0&ndsp=20&ved=0ahUKEwjcg_DKvrzQAhXHAxoKHcLtAAkQMwgdKAAwAA&bih=765&biw=1172

Le Dark web

Le Dark web et le web profond sont deux notions distinctes, le dark web ne correspond qu’à une partie minoritaire du web profond ou web invisible.images
Le Dark web n’est accessible qu’à l’aide de logiciels, le plus connu et le plus utilisé étant tor (The onion router) car il est le plus simple à utiliser, permettant une navigation sur des pages web dont l’adresse fini par .onion.
images 2
Il permet de naviguer de façon quasiment anonyme grâce à un réseau de routeurs organisés en nœuds rendant les les adresses et transmission informatiques difficiles à décrypter et d’avoir accès à un contenu sans aucun encadrement ni aucune limite éthique.

Il existe d’autres logiciels comme tor tels que Freenet ou I2P.

En effet le Dark web est ainsi nommé car il contient essentiellement du contenu illégal ou à la limite de l’illégalité comme acheter de la drogue ou des armes, acheter une fausse carte d’identité et consulter des sites pédophiles, engager un tueur à gage etc. Ses achats se font grâce à une crypto monnaie : le bitcoin.

Bitcoin-800x500_c
Les principaux sites du Dark web sont répertoriés sur Hidden wiki le wikipédia du Dark web, cependant certains sites restent inaccessibles à moins d’en connaître l’adresse exacte.
Bien qu’il y est majoritairement des sites concernant des activités illégales, au départ le Dark web fut créé afin d’y développer des sites militants ou permettant de défendre les droit humains comme la liberté d’expression, le droit à la vie privé (le dark web est un bon moyen anti surveillance de masse).

Lien de la vidéo :https://www.youtube.com/watch?v=0LzZsA7LmtQ