Origine du volleyball

Le volley-ball est inventé le 9 février 1895 aux États-Unis par un professeur (pasteur) d’éducation physique William G. Morgan, afin d’occuper les athlètes pendant l’hiver. C’est en s’inspirant à la fois du basket-ball et également du tennis qu’est née la « mintonette », le 2 décembre 1895. La mintonette se devait d’être un sport de salle moins violent que le basket-ball, pour les membres les plus âgés tout en exigeant toujours un minimum d’effort physique.

Les premières règles, écrites par William G. Morgan, instauraient un filet de 1,98 m de hauteur, un terrain de 7,6 par 15,2 m, et un nombre de joueurs illimité. Un match était composé de neuf tours avec trois services pour chaque équipe dans chaque tour, avec un nombre de contacts avec la balle illimité pour chaque équipe avant son renvoi à l’adversaire. En cas d’une erreur de service, un deuxième essai était permis. Le fait de frapper la balle dans le filet était considéré comme une faute (avec la perte du point ou d’un temps-mort) sauf si cela se passait à la première tentative de service.

Après avoir observé ce sport, Alfred Halstead remarqua la nature de « volée » dans le jeu à son premier match d’exhibition en 1896. Le jeu fut rapidement connu sous le nom de volley-ball (il a été à l’origine orthographié en deux mots: « volley ball »). Les règles du volley-ball furent légèrement modifiées par la suite.