Langage de base pour la communication.

Salut à tous,
Alors aujourd’hui, nous allons apprendre quelques bases du “shimaoré” pour pouvoir s’exprimer un minimum.

Tout d’abord, il faut savoir qu’à Mayotte deux dialectes principaux sont parlés. Ainsi, on retrouve une partie de la population qui parle le “shiboushi” et une autre le “shimaoré”. Le “shiboushi” est lié aux origines malgaches dont a connu l’île avec le sultan Andriantsoly. D’ailleurs, c’est en avril 1841, que ce dernier décidera de vendre “l’île au parfum” à Passot, un commandant français.
Ensuite, du côté du canal du Mozambique, une forte ressemblance linguistique avec notamment le swahili (la plus importante langue bantoue et la langue comptant le plus grande nombre de locuteurs de l’Afrique noire) est notable. Cela est tout à fait normal puisque, aujourd’hui, on sait que les Mahorais et de manière générale, l’archipel des Comores à des descendants “Mozambiquiens”.
Enfin, le shimaoré est timbré de beaucoup de termes arabes puisque comme nous l’avons vu, la religion est intimement ancrer dans la vie des Mahorais, et cela depuis la nuit des temps, si j’ose dire.

Ceci dit, commençons le cours…

Les mots de politesses:
Bonjour = Jéjé
Merci = Marahaba
Bienvenue = Caribou
s’il te plaît = tafadali
pardon = soimahani

Les pronoms impersonnels et possesifs:
je/moi = ni/wam_________________________________________miens : yangou NB: le y devient un w pour une personne
tu/toi = ou/wawé________________________________________tiens : yaho
il,elle = a/wayé________________________________________siens : yahé
nous = ri/wassi_______________________________________notre : yatrou
vous = mou/wagnou_____________________________________votre : yagnou
ils,elles/eux = wa/wawo_________________________________leurs : yawo

Les pronoms “personnels”:
maman = mama____________________________________________fille : mtrou mama
papa = baba____________________________________________garçon: mtrou baba
bébé = mwana/zaza______________________________________monsieur: mwégné
cadet = mwanaña_________________________________________madame : bwéni
ainé = zouki
grand-père = bacoco/dadayé
grand-mère = coco

autres mots divers:
jolie : mzouri________________________________________parler : ou lagouwa ( le “ou” signe l’indicatif)
voiture : gari________________________________________chanter : ou himba
études : msomo________________________________________demander : ou dzissa
doucement : polé polé_________________________________vouloir : ou tsaha (= acheter)
vite : haraka_________________________________________voyager : ou teimbéya
avec : na
et d’autres encore…

exemples de phrases:
– Bonjour grand-père, maman voudrait ta voiture pour me ramener plus vite à l’école, merci !
– Jéjé bacoco, mama a tsaha gari yaho paré neindré licoli haraka, marahaba.

-Excusez-moi, je demande à monsieur X de parler plus doucement stp car mon fils voudrais chanter avec sa mamie.
– Soimahani, ni tsaha mwéné X ou lagouwa polé polé tafadali mana mwana wangou a tsaha a himbé na coco wahé.

– waw elle est jolie la fleur de la petite fille
– héwé la mzouri fléra la mwana mtrou mama.

NB: aujourd’hui la langue française s’est mélangé avec le shimaoré donc si un mot vous échappe, cela ne coûte rien de le dire en français.

Bon ça sera tout pour aujourd’hui, j’espère que cela vous a plus.
Rendez-vous pour le prochain billet.
SMO.

Point culture

Salut à tous,
Alors aujourd’hui, nous allons rentrer au cœur de l’île pour essayer de comprendre sa culture.

Ainsi, l’île au parfum a hérité d’une culture diversifiée, à la fois africaine, perse, orientale, malgache, européenne et arabe. Au fil des siècles, l’islam s’est construit sur la petite île. C’est donc une société marquée par des traditions influencées par la religion. En ce sens, les musulmans représentent donc 95% de la population mahoraise.
web4356finierecad Des jeunes dans un madrassat

Bien qu’exclue des mosquées et des rituels religieux, la femme mahoraise joue un rôle important au sein de la société. Propriétaire des terrains et des maisons, maîtresse de la gestion domestique, influente en politique locale, elle est l’élément stabilisateur de l’économie de l’île. D’ailleurs, sans entrer dans les détails, c’est grâce à madame Zéna Mdéré et ses militantes contre l’indépendance que les Mahorais ont pu voir leurs “nationalité française” s’encrer de manière définitive avec la départementalisation. Ainsi, Zéna est l’effigie d’une pièce de 10 € en argent éditée en 2012 par la Monnaie de Paris, pour la collection « Les Euros des Régions » afin de représenter Mayotte .

Zéna Mdéré. Symbole majeur de la départementalisation mahoraise

Zéna Mdéré. Symbole majeur de la départementalisation mahoraise

Basé sur une tradition orale, le patrimoine mahorais n’est pas visible.

De plus, les Mahorais aiment s’amuser. Ainsi, on y retrouve diverses styles musicales:
-le m’godro: s’inspirant d’u style malgale appelé le “salegy”= c’est l’un des plus populaire à Mayotte. Le m’godro se danse partout et pour tous. De nombreux chanteurs mahorais comme Mikidache, M’toro Chamou, Babadi et autres encore manient ce rythme, allié à des textes plus modernes.
-le shigoma: lors des cérémonies de mariages= il est réservé aux hommes. Les danseurs se mettent en fil et forment un cercle. Au milieu des joueurs de tambours rythment alors la danse.
-le wadaha: danse exclusivement féminine= Munies d’un pilon, les femmes tournent autour d’un mortier, pilent tout en tournant et chantent en même temps. Etc.
Le mariage, qui se déroule vers juillet-août, est l’un de ces moments forts dans la tradition qui se caractérise par de somptueuses cérémonies. Ainsi, cet événement permet de réunir tous les habitants d’un ou plusieurs villages. C’est l’occasion pour les femmes de se vêtir de leurs plus belles tenues, , msinzano (masque de beauté), salouva (l’habit classique de la femme mahoraise), etc… ainsi débute les festivités. Les groupes de danse se défient en toute grâce au rythme des m’biwi, des pilons pour les wadaha ou encore des chants religieux pour le débaa.

Dès leurs plus jeunes âges, les enfants côtoient les “madrassats” (école coranique) et l’école laïque.

Enfin, je tiens à vous dire qu’il y a pleins de choses encore à dire. Cependant, pour cela, il nous faudrait toute une vie pour pouvoir tout dire (rires).

Avant de finir ce billet, j’aimerai ajouter qu’avec la départementalisation et donc l’ouverture à l’extérieur, Mayotte voit sa culture se perdre à petit feu. Ceci est la marque même de la mondialisation. Cette course vers l’uniformisation. Toutefois, les Mahorais en sont conscients et c’est pour cela que de nombreuses associations culturelles existent aujourd’hui pour veiller à transmettre la tradition aux plus jeunes.

Exemple d'association: L'association "Moussaïdiano" (= solidarité) où moi même y suis ! Photo prise pour la fête de l'abolition d'esclavage

Exemple d’association: L’association “Moussaïdiano” (= solidarité) où moi même y suis ! Photo prise pour la fête de l’abolition d’esclavage

C’est tout pour aujourd’hui, je vous dis à très bientôt.
SMO

Shissioua Bandrélé

Shissioua Bandrélé… autrement dit Îlot Bandrélé.

_0014
image: Une des grottes qu’on peut trouver sur le shissioua

P1030721 BIS ILOT BANDRELE
image: L’îlot vu depuis la Grande-Terre.

Les Parisiens qui ont une vue sur la tour Eiffel depuis leur maison s’en vanteront. Cela peut se comprendre, au vue de la beauté du monument.
Je vous propose aujourd’hui un monument, un “édifice” dont j’ai eu la chance d’avoir depuis toujours: Shissioua Bandrélé.

Précédemment, on a vu que “l’île au parfum” possède plusieurs îlots. ces derniers font l’objet de convoitises des touristes venant visiter le nouveau département français.

Chaque îlot tient une histoire. Cela fait parti de l’héritage que nos griots nous ont laissés.
L’îlot Bandrélé se trouve à 2,5 kms de la côte Est de l’île de Mayotte, en face du village de pêcheurs de Nyambadao (mon village natal), et très légèrement au sud-est de la plage de Sakouli (situé entre Nyambadao et Hamouro).

A la prochaine pour un nouveau coin à découvrir. Soyez au rendez-vous !

Le mot du jour

Salut à tous,
Alors naturellement le mot du jour sera : Caribou.
Autrement dit, bienvenue !

Aujourd’hui, je vous propose une courte description de “l’île au parfum”.

Mamoudzou et son marché.
Image: Mamoudzou et son marché.

“Mayotte est situé dans l’archipel des Comores, c’est-à-dire dans le canal du Mozambique. Le chef-lieu est Mamoudzou, la plus grande ville du territoire.
Son code départemental officiel est le « 976 ». Ses habitants sont appelés les Mahorais.

“L’île au parfum” est devenue un département et une région d’outre-mer, à la suite de la consultation référendaire du 29 mars 2009 (95,2 % de votes favorables). En ce sens, l’île change de statut national et européen, passant de celui de pays et territoire d’outre-mer (DOM) à celui de région ultrapériphérique (RUP) française le 1er janvier 2014. Mayotte intègre de ce fait l’Union Européenne. C’est donc le plus jeune département de France, et plus précisément le 101ème.

En 2012, l’Insee compte 212 645 habitants répartie sur une superficie de 376 km2. C’est donc un record dans la densité de population de la France d’outre-mer, avec 566 hab/km².

De plus, Mayotte est constituée de deux îles principales, Grande-Terre et Petite-Terre, et de plusieurs autres petites îles, dont Mtsamboro, Mbouzi et Bandrélé. Ces dernières nous intéresseront particulièrement car elles réservent de jolies choses à ne pas manquer”.

Des jolies choses qu’on découvrira la prochaine fois.

Soyez au rendez-vous et à la prochaine.

Présentation du blog

Le maki (lémurien), une des richesses dans la faune Mahoraise.

Le maki (lémurien), une des richesses dans la faune Mahoraise.

Bonjour à tous,
Je m’appelle Oumbaïdi SIDI M’COLO et je suis originaire donc de Mayotte.
Sur ce blog, je vous propose de vous faire découvrir mon île dans ses aspects naturels et culturels. Par exemple, je vous présenterai:
– des images des coins sympathiques à ne pas rater (son lagon, ses plages, sa faune et tant d’autres) si vous y faites un tour un jour.
– un “Bescherelle” mahorais des choses basiques pour la communication pour le fun.
– des articles traitant de l’actualité de manière générale de l’île.
– et d’autres encore, à découvrir le jour au jour.
J’espère vraiment que cette “visite guidée” vous plaira et qu’elle vous donne envie d’allez voir par vos propres yeux Mayotte. Je suis là pour toutes questions.
Bonne visite à tous !
PS: Pour ceux qui ne savent pas où se situe Mayotte: l’île se situe dans l’archipel des Comores, entre Madagascar et le Canal du Mozambique.