Les autres fêtes hindoues

Dans la culture hindoue, les fêtes sont particulièrement présentes et recouvrent toutes une signification particulière et un lien intrinsèque avec les dieux du panthéon hindouiste.

La fête de Divalî est le pendant de Holî. Après avoir exprimé leur joie du printemps, les hindous se retrouve avant l’hiver pour célébrer la lumière. A cette occasion, tous allument des bougies, dansent, préparent des décorations, chantent, célèbrent les dieux, préparent des friandises, s’échangent des cadeaux et tirent des feux d’artifice.

Offrandes sur une table et tableau de Ganesh

Offrandes à Ganesh – Image sous licence Creative Commons
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Divali_table.jpg

Au mois d’Août, ils célèbrent la naissance de Krishna, autrement appelée Janmâshtami. Pour cela, chaque famille place une poupée représentant la déesse bébé dans une crèche. Pendant une grande partie de la nuit, ils veillent, récitent des chants et observent le jeûne.

Statue de Krishna

Krishna – Image sous licence Creative Commons
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:
Krishna_Janmashtami.jpg

Une des fêtes les plus connues en Occident est bien évidemment la fête de la Kumbhamelâ durant laquelle des millions de pèlerins viennent se baigner dans les eaux du Gange pour préparer la terre et purifier leurs âmes.

L’histoire de la fête de la couleur

Dans la mythologie hindoue, Hiranyakashipu, un roi fier et arrogant haïssait tous ceux qui se trouvaient autour de lui.

Particulièrement amer, il souhaitait se débarrasser de son fils, Pralhad, car celui-ci portait une admiration sans borne au dieu Vishnu.

Il tenta un grand nombre de fois de le tuer mais il ne parvint jamais à ses fins.

Ainsi, le roi décida de demander l’aide de sa sœur, Holîka, dotée d’un pouvoir secret, celui de ne pas craindre le feu.

Il défia alors son fils de s’allonger avec sa tante dans les flammes. Ce dernier accepta et en ressorti contre toute attente, indemne, alors que sa tante mourût.

Pour le punir, Vishnu tua Hiranyakashipu.

Dès lors, Holî devint la fête de la crémation de Holîka, symbole de la victoire du bien sur le mal.

Vishnu tuant Hiranyakashipu

Image sous licence Creative Commons
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:
Lightmatter_vishnu1.jpg

Symbolique des couleurs

Ce qui caractérise le plus « Holi » est la profusion de couleurs qui se mélangent dans les rues, sur les vêtements et les corps des participants.

Mais, plus qu’une simple fête joyeuse, « Holi » est une invitation à l’émerveillement et une célébration du printemps, empreinte d’une foule de symboles.

Ces symboles se retrouvent à travers les couleurs utilisées qui dégagent toutes une signification particulière et positive.

Le vert symbolise la vitalité

Le bleu représente le calme et l’harmonie

L’orange signifie l’optimisme

Le jaune est la couleur de la foi

Le rouge est un symbole de pureté, de joie et d’amour