TEMOS : une nouvelle unité de recherche en histoire

Créée au 1er janvier 2018, l’unité TEMOS (Temps, Mondes, Sociétés) regroupe des enseignants-chercheurs et des personnels d’appui à la recherche des universités d’Angers, Bretagne Sud, du Mans et du CNRS.

Formation de Recherche en Evolution pour deux ans (FRE 2015), TEMOS compte soixante membres titulaires et autant de doctorants travaillant sur les quatre périodes de l’histoire, de l’antiquité au temps très présent (sections 32 et 33 du CoNRS). Leurs recherches portent sur des organisations humaines diverses et des espaces géographiques variés propices aux coopérations internationales ; leurs objets sont pluridisciplinaires d’où des collaborations nombreuses avec d’autres disciplines : lettres, droit, science politique, géographie, sciences du vivant, médecine, environnement. Les membres de l’unité travaillent sur toutes les sources classiques des historiens, des textes anciens et matériaux archéologiques aux sources orales et possibilités offertes par les humanités numériques. TEMOS possède une expertise rare en recherche en archivistique.

L’unité porte des programmes de recherche structurant aux niveaux régional, national et européen, qui démontrent la capacité de l’unité à construire des programmes collaboratifs pluridisciplinaires et intersectionnels. La qualité du projet scientifique de TEMOS a été très favorablement évaluée par les universités et le CNRS qui ont validé sa création en 2017.

Les axes de recherche de l’unité sont :

- Enfance, genre et traces de soi : individualités et subjectivités en mouvements
- Ressources biologiques et construction des savoirs : circulations et usages
- Communautés et pluralité : autorités, violences et coexistences.

Ces axes reposent sur des expertises bien identifiées grâce à des recherches collaboratives, des travaux individuels et des publications nombreuses, solides et reconnues par la communauté scientifique. Ils constituent les bases solides de TEMOS pour construire de nouveaux objets de recherche situés aux croisements des grands champs historiques traditionnels.

Yves Denéchère

Directeur de TEMOS Temps, mondes, sociétés

CNRS FRE 2015 Universités d’Angers, Bretagne Sud, Le Mans

Histoire inédite des « enfants de Madame Massu »

Vient de paraître dans la Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine sous le titre : Les « enfants de Madame Massu ». Œuvre sociale, politique et citoyenneté pendant et après la guerre d’Algérie (1957-1980).

L’Association pour la Formation de la Jeunesse (AFJ) est créée à Alger en 1957 dans le but de recueillir des enfants musulmans isolés et de leur apporter une formation assurant leur avenir. Présidée par Suzanne Massu – épouse du général qui mène alors la « bataille d’Alger » -, l’association gère plusieurs établissements accueillant des centaines de yaouleds. L’entreprise sociale n’est pas exempte de dimensions politiques et de motivations idéologiques : il s’agit aussi de préparer ces garçons à devenir des citoyens français à part entière dans une Algérie nouvelle, celle proclamée notamment sur le forum d’Alger en mai 1958. Confrontée à l’évolution politique de la question algérienne, l’association s’adapte. Profitant d’une colonie de vacances organisée en Béarn durant l’été 1961, des dizaines d’enfants restent en France, d’autres sont amenés d’Alger au printemps 1962. Dans les années 1960 et 1970, les adolescents grandissent, entrent en formation professionnelle puis s’insèrent dans la vie active, se marient et gardent un lien personnel fort avec Suzanne Massu. Parallèlement à cette intégration par le monde professionnel, les jeunes sont invités à changer leurs prénoms arabes ou berbères pour des prénoms français, à confirmer leur nationalité française. Aujourd’hui encore ils entretiennent une mémoire ténue des « enfants de Madame Massu » comme ils aiment s’appeler eux-mêmes. Des sources inédites et très diverses (archives de l’AFJ, ANOM, SHD, ECPAD, CDHA et un corpus de sources orales) permettent d’éclairer la réponse politique et sociale à la situation des Yaouleds dans un contexte de guerre où les enjeux autour de l’enfance et de la jeunesse sont exacerbés. Le prolongement de l’action au-delà de la guerre d’Algérie permet de mieux cerner les intentions biopolitiques et les modalités pratiques qui transforment des enfants nécessiteux d’Alger en citoyens français, comme si c’était une victoire symbolique et ultime au-delà de l’Algérie française.

Présentation du numéro et de l’article sur le site de la revue

Prix du meilleur article sur l’histoire de l’enfance

Cette année, la Society for History of Children and Youth (SHCY) site Internet de l’association  a décerné son prix 2017 du meilleur article en français ou espagnol à Fábio MACEDO pour son article “Action humanitaire et adoption d’enfants étrangers en Suisse. Le cas de Terre des Hommes (1960-1969)”.

Cet article est paru dans un numéro thématique de la revue Relations internationales intitulé : « Enfants et relations internationales au XXe siècle« , coordonné par Yves Denéchère (Université d’Angers) et Joëlle Droux (Université de Genève). Voir le sommaire de ce numéro ici

Références : Fábio Macedo “Action humanitaire et adoption d’enfants étrangers en Suisse. Le cas de Terre des Hommes (1960-1969)”, Relations Internationales, 2015/2 (n° 161), p. 81-94.

 

 

Soutenance de thèse

Antoine Godet soutiendra sa thèse intitulée :

La symbolique politique des mouvements fascistes et fascisants en France et en Grande-Bretagne dans les années 1930. Etude comparative du Parti Populaire Français et de la British Union of Fascists

Le 5 octobre 2017 à 14h00, à la Maison de la Recherche Germaine Tillion de l’Université d’Angers.

Invitation complète ici

La famille aux différents âges de la vie

C’est le titre d’un ouvrage collectif publié chez Dunod sous la direction d’Aubeline Vinay, professeure de psychologie clinique du lien social à l’Université d’Angers.

/DUNOD/2017/9782100765058-001-X.jpeg

Parmi la trentaine de contributeurs, certains font partie du programme pluridisciplinaire de recherche EnJeu[x] Enfance et Jeunesse porté par l’université d’Angers, financé par la région Pays de la Loire et agréé par la MSH Ange-Guépin.

Table des matières

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur ici

Deux publications sur les enfants de l’Algérie en guerre dans l’Ouest de la France

1 – « Politique et humanitaire à l’échelle locale pendant la guerre d’Algérie : jumelages et colonies de vacances dans l’Ouest de la France », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124, juin 2017, n°2, pp. 143-169.

Aperçu disponible en ligne sur https://abpo.revues.org/3672

2 – « Enfants et jeunes musulmans de l’Algérie en guerre dans le Maine-et-Loire (1959-1961) », Archives d’Anjou, n°19, pp. 152-165.

Texte intégral Ici en version PDF

Déplacements d’enfants et biopolitique

Un colloque est consacré à cette question sous le titre :

Children on the Move from the 20th to the 21st Century. A Biopolitics Perspective

Organisé par Beatrice SCUTARU (Marie Sklodowska Curie Intra-European Fellow/Universiré de Padoue) et Simone PAOLI (Université de Pise), ce colloque aura lieu à Padoue les 8 et 9 juin 2017. Il regroupera une douzaine d’intervenants travaillant sur cette thématique et explorant la dialectique entre biopolitique et enfance dans les mouvements migratoires subis.

Cette manifestation est soutenue par le programme EnJeu[x] Enfance et Jeunesse. Programme complet ici

Le prix « Françoise Tétard 2017″ attribué à un étudiant de l’Université d’Angers

Le jury du Prix « Françoise Tétard 2017 » s’est réuni le 5 mai 2017 et a choisi de récompenser le mémoire de Master 2 en histoire contemporaine d’un jeune historien de l’Université d’Angers :

Kévin CHEVALIER, « Jeunesses et familles sous-main de Justice à Angers (1945-1951). Une histoire de la délinquance juvénile et de son traitement au sortir de la Seconde Guerre mondiale au prisme des archives du Tribunal pour Enfants d’Angers », sous la direction d’Éric Pierre, Université d’Angers, 2016.

Le lauréat présentera ses recherches lors de l’assemblée générale de l’Association pour l’histoire de la protection judicaire des mineurs (AHPJM), le 16 juin 2017. Ce mémoire sera prochainement publié sur un site spécifiquement dédié aux travaux de Françoise Tétard.

Eduquer à l’empathie. Où en sommes-nous ?

Un colloque international, organisé dans le cadre du programme Enjeu[x], propose de
partager les approches et les outils utilisés pour éduquer à l’empathie.

Organisé par Omar Zanna et Joëlle Aden, il se déroulera les 19, 20 et 21 mai 2017 à  l’Université du Maine

Il sera l’occasion d’interroger la façon dont les effets d’une telle éducation sont
évalués, pourquoi elle est devenue aussi populaire au cours des deux dernières décennies et quelles sont les questions éducatives et sociétales auxquelles elle peut répondre.

Programme complet ici