« Grâce aux prisonniers »

Mort_de_Bonchamps

Tombeau du général Bonchamps par Pierre-Jean David, dit David d’Angers, 1825

Cette sculpture est un monument au chef vendéen Charles de Bonchamps (1759-1793). Lors des guerres de Vendée (1793), tandis qu’il agonise, le général gracie les prisonniers républicains enfermés dans l’église de Saint-Florent-le-Vieil, parmi lesquels se trouve le père de David d’Angers. Trente ans après, le sculpteur choisit d’immortaliser le geste magnanime de Bonchamps : le manteau militaire laisse nu le torse puissant, à peine marqué par la blessure et le mouvement du bras levé, imposant le pardon, est appuyé par le visage tendu, proférant les dernières paroles dans la douleur de la mort imminente. Le marbre fut déposé dans l’église de Saint Florent-le-Vieil en 1825.
Cette figure est à la fois marquée par le néoclassicisme du début du 19e siècle (nu antique) et par les codes du portrait historique du siècle précédent (attributs militaires).

Description du tombeau dans le catalogue de la Galerie David d’Angers, Musée des Beaux-Arts, Angers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>