Le Bestiaire Mythologique

Artwork de l'Hydre de Lerne par Arvalis

Artwork de l’Hydre de Lerne par Arvalis

Les Créatures de la Mythologie Gréco-Romaine

Il existe dans la mythologie gréco-romaine de très nombreuses créatures venant se placer entre le héros et sa destinée. Si ces monstres sont pour la plupart maléfiques, certains sont simplement des êtres magiques vivant plus ou moins en paix avec les humains. Dans tous les cas, ces créatures symbolisent souvent une idée ou un concept inexplicable ou dangereux pour les Grecs et les Romains et qu’il est intéressant de décrypter. Je vous propose ici une liste claire et précise de ces bêtes mythiques dans laquelle je préciserai pour chacun ses caractéristiques, sa symbolique et les mythes dans lesquels il apparaît. Attention : je ne parlerai que de la vision gréco-romaine païenne de ces bêtes et non pas de leur signification médiévale (cela vaut notamment pour les créatures comme le Dragon ou la Licorne). Ceci n’est pas une liste exhaustive : aussi, si vous avez des exemples de créatures manquantes, n’hésitez pas à me les signaler.

Les Monstres

Méduse

Artwork de Méduse par Maniakuk

Artwork de Méduse par Maniakuk

Le nom de Méduse nous vient du grec Medousa et du latin Medusa. Quasiment tous les auteurs grecs et latins font référence à ce personnage très célèbre de la mythologie. Elle est l’une des trois Gorgones, les filles de Phorcys et de Céto et fait donc partie des divinités primordiales. Ses deux sœurs se nomment Sthéno et Euryale qui sont immortelles à la différence de Méduse. Son aspect a un peu évolué au cours des siècles : d’abord monstre difforme, elle devient ensuite une femme à la chevelure de serpents et possédant des défenses de sanglier. Quiconque croise son regard se pétrifie sur place, ce qui en fait une arme exceptionnellement redoutable. Selon certains mythes, elle avait obtenu cet aspect à cause d’un châtiment d’Athéna (Minerve) ou d’Aphrodite (Vénus). Le mythe qui la met principalement en scène est celui de Persée, dans lequel le héros, aidé par Athéna et Hermès, tranche la tête de la Gorgone et s’empare de cette dernière (le gorgoneion) qui possède toujours son pouvoir pétrifiant. Son visage est ensuite placé sur le bouclier d’Athéna, l’égide. Du sang de Méduse naissent deux créatures : Pégase et le chevalier d’or Chrysaor. Aujourd’hui, Méduse a obtenu une symbolique féministe, mettant en avant son pouvoir et son autorité obtenue de facto grâce à son regard.

L’Hydre

Hercule et l'Hydre par John Singer Sargent

Hercule et l’Hydre par John Singer Sargent

Nous parlons bien évidemment de l’Hydre de Lerne, l’Hydra Lernaia en grec ou « serpent d’eau de la ville de Lerne ». Plusieurs auteurs en font état dont Apollodore, Hygin et Ovide. Cette créature possède un corps de chien et de très nombreuses têtes de serpents dont le nombre varie grandement : de 5 à 500 selon les auteurs ! L’hydre possède une faculté spéciale : lorsqu’on lui coupe une tête, deux repoussent à la place. Ce monstre, réputé immortel, avait été élevé par Héra (Junon) dans le but de le confronter à Héraclès. Il terrorisait les habitants de la région jusqu’à ce que le héros vienne le combattre dans le cadre des douze travaux. Pour contrer son talent de repousse, Héraclès demanda à son neveu Iolaos de cautériser au feu les têtes coupées afin qu’elles ne puissent plus repousser. Cependant, la dernière tête à vaincre était, elle, immortelle. Héraclès l’enterra sous un immense rocher et ainsi l’hydre fut vaincue. Le sang de la bête servit à empoisonner les flèches du héros.

Les Cyclopes

Statue d'un Cyclope (National History Museum, Londres)

Statue d’un Cyclope (National History Museum, Londres)

Le terme Cyclope provient du latin cyclops, une transcription du grec kuklôps qui se traduit par « œil rond ». Parmi les auteurs qui nous en apprennent plus sur le Cyclope, nous avons tout d’abord Hésiode, Homère, puis Euripide dans sa pièce Le Cyclope ou encore Théocrite, Virgile et Ovide. Les Cyclopes sont des êtres monstrueux comparables à des géants et ne possédant qu’un seul très grand œil à la place des deux yeux habituels. Ils sont nés de Gaia et d’Ouranos et ont été enfermés pendant longtemps par les Titans, puis libérés par les dieux pour qui ils créèrent les armes divines : le foudre, le trident et la kunée. D’autres générations de Cyclopes virent ensuite le jour et trois classes se distinguent. Tout d’abord, il y a les forgerons, intégrés et assistants d’Héphaïstos. Il existe aussi les cyclopes pastoraux, des éleveurs de moutons barbares et cannibales. De cette deuxième classe, nous pouvons citer Polyphème, le Cyclope qu’Ulysse rencontra lors de son retour à Ithaque. Alors qu’il retenait en otage l’équipage du héros en dévorant les marins jour après jour, ils se fit crever son seul œil par Ulysse (« Personne »). La troisième catégorie est celle des bâtisseurs, associés aux vestiges de Mycènes ou de Tirynthe (les murs cyclopéens). Symboliquement, les Cyclopes représentent, pour les Grecs, le refus de la civilisation et de la culture.

Les Centaures

L'Education d'Achilles par Eugène Delacroix

L’Education d’Achilles par Eugène Delacroix

Le terme provient du latin centaurus, issu lui-même du grec kentauros qui a d’abord signifié un peuple barbare de Thessalie, puis les Centaures que nous connaissons. Évidemment, les sources concernant ces créatures sont multiples : Hésiode, Homère, Pindare, Apollodore, Diodore de Sicile, Hygin et Ovide en font partie. Les Centaures sont des monstres à-demi hommes et à-demi chevaux, descendants d’Ixion et de Néphélé. C’est une tribu barbare de Thessalie éloignée du monde civilisé, une bande d’ivrognes qui apparaissent dans de nombreux mythes comme des agresseurs et des personnages lubriques. Cependant, il y a des exceptions comme Chiron, un éducateur bienveillant qui a formé les plus grands héros ou encore Pholos, un gentil centaure ayant aidé Héraclès. Néanmoins, globalement, la symbolique des Centaures est, comme pour les Satyres, celle de créatures bestiales et dangereuses, assimilées aux vices de l’orgueil, de la luxure et de la cupidité. Leur féminin est la Centauresse.

Le Sphinx

Œdipe et le Sphinx par François-Xavier Fabre

Œdipe et le Sphinx par François-Xavier Fabre

Le nom du Sphinx provient du grec sphinx, également sphinx en latin. Son origine est très probablement égyptienne, mais par suite de sa diffusion dans le monde grec, Hésiode nous en parle, suivi par Apollodore et Euripide, Diodore de Sicile, Hygin, Pline l’Ancien et Pausanias. Cet enfant d’Echidna et de Typhon apparait sous la forme d’une lionne ailée possédant une tête et un buste de femme humaine et parfois une queue de serpent. Il est décrit comme un démon ravisseur, monstre dévoreur et gardien funèbre. Le Sphinx apparaît dans le mythe d’Œdipe dans lequel la créature soumet au héros une énigme. La bête a été envoyée par Héra pour punir les Thébains du meurtre du roi Laïos et il gardait la route de Thèbes en dévorant les voyageurs. Lorsqu’Œdipe répondit correctement à l’énigme, le Sphinx fut furieux et se suicida.

Le Minotaure

Artwork de Thésée affrontant le Minotaure par Kolokas

Artwork représentant Thésée affrontant le Minotaure par Kolokas

Du grec Minotauros et du latin Minotaurus, son nom est composé de celui de son père, Minos et de tauros, signifiant tout simplement « taureau ». On retrouve le récit de ses méfaits chez Apollodore, Plutarque ou encore Ovide, dans Les Métamophoses. Cette créature très célèbre est née de l’union de Pasiphaé et du taureau blanc sacré. Le Minotaure est une bête à corps d’homme et à tête de taureau qui se cachait dans le labyrinthe créé par Dédale sur l’ordre du roi Minos. Thésée le tua et mit ainsi fin à la terreur qu’il inspirait. Pour plus d’informations sur cette créature et le mythe qui l’entoure, c’est ICI (article en cours de création !).

Les Satyres

Le Faune par Carlos Schwabe

Le Faune par Carlos Schwabe

Le terme grec saturos désigne une créature mythique de la suite de Dionysos et il a dérivé dans le latin en satyrus avant de devenir notre satyre. Les sources principales pour ces créatures sont l’Hymne à Aphrodite attribué traditionnellement à Homère et les écrits de Pausanias. Les satyres sont pourvus d’un buste d’homme, de longues cornes, d’oreilles pointues et le bas de leur corps est celui d’un bouc. Ce sont des dieux des bois et des montagnes, mais surtout des démons de la nature axés essentiellement sur les plaisirs de la chair, comme l’indique leur membre viril perpétuellement en érection. Cherchant à assouvir leurs désirs, ils poursuivent sans cesse les nymphes entre deux danses et festivités alcoolisées. Leur rôle est minimisé dans les mythes mais nous pouvons citer Marsyas et Silène. Symboliquement, les satyres représentent le reflet agrandi des penchants et des excès de la race humaine. Leurs homologues romains sont les Faunes, des créatures plus gaies et moins brutales.

Les Nymphes

Statue de Nymphe dans les jardins de Versailles

Statue de Nymphe dans les jardins de Versailles

La Nymphe vient du grec numphê signifiant « jeune fille » ou « fiancée ». Ces divinités de la nature sont des femmes personnifiant les activités créatrices de la végétation ou des milieux aquatiques, souvent liées à un endroit en particulier. Elles apparaissent souvent dans les mythes en même temps que les Satyres avec qui elles ont de nombreuses relations sexuelles, d’où le terme de nymphomanie. Belles et jeunes, les Nymphes forment souvent les cortèges de divinités liées à la nature comme Artémis, Déméter, Pan ou Dionysos.

Les Harpies

Artwork d'une Harpie par Rhineville

Artwork d’une Harpie par Rhineville

La Harpie vient du grec harpuia puis du latin harpyia. Hésiode en fait état tout autant qu’Apollonios de Rhodes, Hygin et Virgile. Elles sont trois sœurs, Aello (ou Nicothoé) signifiant « bourrasque », Ocypété signifiant « vole-vite » et Célaeno signifiant « obscurité », filles du dieu Thaumas et de l’Océanide Electre (à ne pas confondre avec la fille d’Agamemnon) et sœurs de la déesse Iris. Ce sont des créatures mi-femmes, mi-oiseaux plus rapides que le vent mais aussi très néfastes. Elles ravissent les enfants et tourmentent les mortels. Leur méchanceté pure est devenue une insulte visant les femmes acariâtres, tout comme l’Erinye Mégère.

Pégase

Mosaïque représentant Bellérophon chevauchant Pégase (Autun)

Mosaïque représentant Bellérophon chevauchant Pégase (Autun)

Le nom de Pégase nous vient du latin pegasus qui provient lui-même du terme grec pegasos, dérivé de pegai, les « sources ». Nous retrouvons la mention de cette créature merveilleuse chez de très nombreux auteurs à commencer par Hésiode dans sa Théogonie. Pindare, Apollodore, Hygin, Ovide, Pline l’Ancien et Pausanias nous parlent également de ce cheval ailé rapide comme le vent. Pégase est né du sang de Méduse décapitée par Persée. Ce dernier se servit de Pégase comme d’une monture pour sauver la jeune Andromède. Il apparait aussi dans le mythe de Bellérophon : difficile à approcher, le cheval ailé se laisse pourtant chevaucher par le pouvoir de mors d’or magiques. Ainsi, Bellérophon peut tuer la Chimère, les Solymes et les Amazones. Cependant, lorsque Bellérophon voulut s’élever vers l’Olympe, Zeus le punit pour son orgueil en le foudroyant. Pégase fut le seul à survivre et rejoint alors les écuries divines ou devint une constellation. La créature est donc purement positive, forte et pure, fidèle alliée de l’humanité.

Cerbère

Cerbère tel qu'il est représenté dans le jeu SMITE

Cerbère tel qu’il est représenté dans le jeu SMITE

Le Cerbère vient du grec Kerberos qui donna en latin Cerberus. A peu près tous les auteurs grecs et latins le citent comme le gardien des Enfers, fils d’Echidna et de Typhon. Cerbère est un chien à trois têtes (bien plus selon Hésiode et Horace) possédant une queue de reptile, parfois avec des pattes de lion et des serpents recouvrant son corps. Il est la propriété d’Hadès (Pluton) et de Perséphone (Proserpine), les souverains du royaume infernal. Gardant l’entrée de ce monde souterrain, il accueille les âmes décédées mais menace de ses crocs les vivants voulant s’aventurer ici. La bête est réputée indomptable, cependant Héraclès (Hercule) réussit à le maîtriser lors de ses douze travaux. Orphée utilisa sa lyre pour l’endormir tandis que Psyché et Enée utilisèrent de la nourriture pour l’amadouer. Il est une créature purement maléfique mais dont le rôle est essentiel à la frontière entre le monde des vivants et celui des morts.

Python

Apollon et Python, gravure de Virgil Solis

Apollon et Python, gravure de Virgil Solis

Le nom de cette créature est le même en grec et elle est représenté généralement comme un dragon femelle aux allures très reptiliennes. Elle est la fille de Gaia. Gigantesque et abominable, Python rodait dans les grottes du Mont Parnasse près de Delphes. Son rôle était de nourrir Typhon et lui avait été donné par Héra. Lorsqu’un oracle déclara qu’il mourrait de la main d’un fils de Léto, Python tenta de tuer cette dernière, mais échoua. A peine enfant, Apollon le vaincu d’une flèche et fut ainsi maître de l’Oracle de Delphes que la bête gardait. Pour apaiser la colère de Gaia devant la mort de sa fille, Apollon créa les Jeux Pythiques.

Charybde et Scylla

Charybde et Scylla

Charybde et Scylla

Ces deux monstres constituent les acteurs d’un passage important de l’Odyssée et sont repris par Apollodore, Hygin, Ovide et Virgile dans son Enéide. Charybde était une fille de Poséidon et Gaia qui vivait près du détroit de Messine. Elle avait un appétit vorace et n’hésitait pas à voler les animaux et à les dévorer. C’est ce qu’elle fit lors du dixième travail d’Héraclès en volant une partie du troupeau de Géryon. Pour cette faute, Zeus la condamna à devenir un gouffre marin qui devait avaler tout sur son passage trois fois par jour. Scylla, quant à elle, était une nymphe qui fut changée en monstre par Circé pour une histoire de jalousie amoureuse. La pauvre Scylla devint une bête terrible : un buste et une tête de femme, des gueules de chien autour de sa taille, le bas du corps terminé par une queue de poisson, mais également douze pieds griffus et six longs cous se terminant par des gueules pleines de crocs. Elle se réfugia près d’une grotte où elle attendit le passage des bateaux pour dévorer les marins. Ulysse, lors de son voyage, choisit de se rapprocher plus de Scylla que de Charybde, croyant pouvoir la combattre. Il s’en sortit mais pas sans avoir perdu six hommes. Ce détroit est traversé par plusieurs autres héros dont Enée et les Argonautes.

Les Sirènes

Stamnos représentant Ulysse et les Sirènes (British Museum)

Stamnos représentant Ulysse et les Sirènes (British Museum)

Le terme de Sirène trouve ses racines dans le grec seireîn qui donna siren en latin. On trouve la première mention de cette créature dans l’Odyssée d’Homère, puis chez bon nombre d’auteurs grecs et romains. L’erreur commune est de confondre la sirène grecque avec la sirène de l’iconographie médiévale, une femme-poisson. Celle dont on parle ici possède un corps d’oiseau pourvu d’une tête et d’une poitrine de femme humaine. Elles vivraient au large de la Sicile et attireraient les marins de leur voix envoûtante avant de les dévorer dans une prairie jonchée d’ossements humains. Ulysse réussit à s’en détourner en s’attachant au mât de son navire et en bouchant les oreilles de ses camarades avec de la cire. Ce sont des créatures purement maléfiques, séductrices redoutables mais surtout funestes.

La Chimère

Artwork de la Chimère par RiverSpirit456

Artwork de la Chimère par RiverSpirit456

Le nom de la Chimère vient du latin Chimaera, tiré du grec khimaira voulant étonnamment dire « jeune chèvre ». Son origine est anatolienne, mais la légende se diffuse en Grèce par le biais d’Homère dans l’Iliade qui nous en parle tout autant qu’Hésiode, Ovide et Apollodore. Dans sa forme la plus admise, la Chimère est composée d’un corps de lion portant une tête de chèvre sur le dos et dont la queue est un serpent. Parfois, son corps est celui d’une chèvre ou d’un autre fauve. Tout comme Cerbère, la Chimère est l’enfant d’Echidna et de Typhon. Elle court très vite, possède une haleine de feu et est immense. Ce fut le jeune Bellérophon qui l’abattu à l’aide de Pégase. Désormais, le terme désigne toute créature hybride ou toute idée irréalisable, qui restera dans le cadre de l’imaginaire.

Les Tritons

Gravure représentant un Triton

Gravure représentant un Triton

Les Tritons sont des dérivés du dieu grec Triton, fils de Poséidon (Neptune) et d’Amphitrite. On les retrouve chez Hésiode, Apollonios de Rhodes, Ovide ou encore Pline l’Ancien. Physiquement, ce sont des hommes, souvent barbus, possédant une queue de poisson, une peau pleine d’écailles et une gueule pleine de crocs. Des sirènes masculines en quelque sorte. Ceux-ci soufflent dans une conque ou une trompe et sont autant bienfaisants que cruels. Ils sont considérés comme les Satyres des mers, accompagnant les cortèges divins.

Les Licornes

Illustration d'une Licorne dans l'Historiae Animalium

Illustration d’une Licorne dans l’Historiae Animalium

Du grec monokéros, transposé en latin unicornis, la Licorne signifie littéralement « qui n’a qu’une corne ». Une Licorne est généralement considérée comme un cheval blanc possédant une corne sur le front. Cependant, cette définition n’est pas celle du départ : Ctésias en parle comme d’un âne sauvage indien au corps blanc, à la tête pourpre et possédant une corne. De même, certains auteurs grecs comme Aristote ne lui donnent pas une forme animale précise, passant du cheval à l’âne, du cerf au porc. En réalité, la licorne est plus un animal imaginé par les voyageurs qu’une créature de mythe.

Les Dragons

Artwork d'un Dragon par Ameeeeba

Artwork d’un Dragon par Ameeeeba

Le mot Dragon vient du grec drakôn, un dérivé du verbe derkomai signifiant « regarder avec intensité ». Il est bien une créature présente dans la mythologie grecque et romaine. Cette bête, probablement la plus connue grâce à l’essor de la littérature fantastique et des folklores locaux, autant occidentaux qu’orientaux, est évoquée par plusieurs auteurs comme Aristote et Pline l’Ancien comme un animal existant réellement. Le Dragon est décrit comme un farouche reptile doté d’ailes, de griffes de lion et d’une longue queue de serpent. Suivant cette base commune, les dragons peuvent ensuite varier au niveau du nombre de têtes, de la taille ou de la forme du corps. Un autre des attributs que l’on retrouve régulièrement chez le dragon est son aptitude à cracher du feu. Son symbolisme est ambigu et peut parfois être associé à la création ou à la destruction. Il est souvent le gardien des trésors.

Les Griffons

Le Griffon tel qu'il est représenté dans le jeu World of Warcraft

Le Griffon tel qu’il est représenté dans le jeu World of Warcraft

Le mot Griffon vient du latin grypus, « oiseau fabuleux », lui-même issu du grec grups désignant précisément la créature. Le Griffon apparaît dans les récits de Pline l’Ancien mais aussi dans d’autres civilisations au Proche-Orient et en Asie. Ce monstre datant du IIIème millénaire av. J-C (tout de même !) est composé des deux animaux les plus hauts dans la chaîne alimentaire terrestre et céleste : le lion et l’aigle. De très grande taille, il vit dans la montagne ou le désert et construit son nid en utilisant l’or caché dans le sol. Dans les mythes grecs, il est le serviteur des dieux et aide les Hommes en cas de besoin. Il a tout autant une fonction de gardien (trésor, caves) que de monture céleste pouvant servir au combat. Il a donc, pour les Grecs et les Romains, une symbolique positive, ce qui n’est pas le cas pour les Chrétiens.

Bibliographie

  • Guédron Martial (dir.), Monstres, Merveilles et Créatures Fantastiques, Paris, Editions Hazan, 2011.
  • Rosen Brenda, La Bible des Créatures Mythiques, Paris, Tredaniel, 2009.
  • Wilkinson Philip (dir.), Le petit Larousse illustré des Légendes et des Mythes, Paris, Larousse, 2013.
Astérion, le Gardien du Temple, une machine géante sous la forme d'un Minotaure-Centaure, une merveille artistique à Toulouse (2018)

Astérion, le Gardien du Temple, une machine géante sous la forme d’un Minotaure-Centaure, une merveille artistique à Toulouse (2018)

Athéna, la Déesse de la Sagesse

Illustration d'Athéna par YamaOrce

Illustration d’Athéna par YamaOrce

La grande déesse aux yeux pers

La déesse Athéna (Αθηνη en grec) est l’une des douze divinités olympiennes des Grecs. Ses fonctions symboliques principales sont la sagesse, la stratégie guerrière et l’artisanat. Nous pouvons également ajouter à cela un rôle de protectrice, non seulement des cités (comme Athènes), mais aussi des héros, comme nous le verrons par la suite. La justice peut également entrer dans ses attributions au sein de l’Olympe.

Ses attributs sont multiples, mais chacun symbolise un aspect de la déesse. Tout d’abord, l’égide, son équipement sacré (un bouclier ou un plastron), sur lequel est représenté la tête de Méduse. C’est un symbole de souveraineté incontestable que le regard de la Gorgone illustre : quiconque regarde l’égide est « changé en pierre », donc tout le monde ploie devant Athéna. C’est ce que l’on appelle un Gorgonéion, c’est-à-dire un dessin au pouvoir pétrifiant (dans le monde réel, symboliquement, bien entendu). Son deuxième attribut le plus important est l’olivier, arbre qu’elle a offert à la cité d’Athènes et qui est particulièrement cultivé en Grèce. Le reste de son équipement la caractérise également : sa lance et son casque, toujours à ses côtés sur chaque représentation qui est faite d’elle. Enfin, elle est souvent accompagnée de sa chouette de l’espèce chevêche dont le nom scientifique en latin rappelle sa maîtresse : Athene noctua. L’un de ses attributs est également la chasteté et c’est à ce titre qu’elle est la plus importante des trois déesses vierges, aux côtés d’Artémis et de Hestia.

A Rome, Athéna est identifiée à Minerve avec qui elle partage quasiment les mêmes fonctions. Elle est la protectrice de Rome et fait partie de la triade capitoline, les dieux les plus importants pour les romains.

Fonctions et attributs d’Athéna

Athéna possède plusieurs surnoms ou épithètes qui lui sont attribués en fonction du rôle qu’elle joue dans un contexte précis. Nous pouvons établir une liste non-exhaustive :

  • Παλλάς, Pallas (qui remplace parfois son nom complet et reprend ses caractéristiques de base),
  • Γλαυκῶπις, Glaukôpis (aux yeux pers, brillants ou de chouette),
  • Παρθένος, Parthénos (vierge),
  • Νίκη, Nikè (victorieuse),
  • Πολιάς, Polias (gardienne de la cité),
  • Πολύϐουλος, Polúboulos (bonne conseillère),
  • Ἀτρυτώνης, Atrytoné (invincible),
  • Εργανη, Ergané (patronne des potiers).

Athéna est donc une touche-à-tout qu’il est très utile de prier. Elle patronne plusieurs corps de métiers comme par exemple les potiers, les sculpteurs, les tisseurs, les artistes en général et les professeurs. Elle recevait également de nombreux noms en rapport avec les cultes pratiqués comme par exemple les Apatouries (Athéna Apatouria) ou encore en lien avec les lieux comme l’Agora (Athéna Agoraia). Un culte très important lui était bien évidemment rendu à Athènes, notamment au niveau du Parthénon et de l’Erechthéion (abritant la statue d’Athéna armée, le Palladium). Nous pouvons également parler des cités de Tirynthe, de Tégée, de Rhodes ou encore de Sparte qui possèdent toutes des sanctuaires dédiés à la déesse.

La naissance d’Athéna

Contrairement aux autres dieux, Athéna ne possède qu’un seul parent : pas parce qu’elle n’a jamais connu sa mère, mais bien parce que son père l’a enfanté seul  ! En effet, Zeus a « accouché » de sa fille par le crâne. Mais revenons un peu en arrière pour comprendre les origines de ce récit.

Exaleiptron représentant la naissance d'Athéna (Louvre)

Exaleiptron représentant la naissance d’Athéna (Louvre)

Zeus est du genre à vouloir séduire tout ce qui bouge. Ainsi, lorsqu’il croise la route de la titanide Métis, il n’a qu’une envie : s’unir à elle. Toutefois, Métis est rusée et peut se métamorphoser à volonté, ce qui complique la tâche au dieu des dieux. Cependant rien n’échappe longtemps aux ardeurs de Zeus qui met finalement la main sur Métis et la rend enceinte. Au même moment, un oracle annonce à Zeus que cet enfant est une fille, mais que si Métis enfante une nouvelle fois après celle-ci, ce serait un fils qui détrônerait son père qui naîtrait. En matière de régicide et de détrônement, Zeus s’y connait : il décide donc de remédier à ce problème sans attendre. Il feinte donc de s’unir une nouvelle fois à Métis mais à la place l’avale d’un seul coup avec sa bouche. Ainsi, c’est la fin de Métis et de l’enfant qu’elle porte…

Du moins c’est ce qu’il croyait. Un jour, alors qu’il se promenait aux abords du lac Triton, Zeus a un sacré mal de crâne. Une douleur sans précédent lui taillade la tête et il a l’impression qu’elle va exploser. Aussi se met-il à crier de toutes ses forces, à tel point que le monde entier l’entend. Hermès arrive sur les lieux le premier et comprend tout de suite ce qu’il se passe : il invite Héphaïstos à venir en aide à leur roi au plus vite (selon une autre version, il s’agit de Prométhée). Le dieu forgeron saisit alors son marteau et ouvrit une brèche dans le crâne de Zeus, afin qu’il puisse libérer ce qui s’y trouvait : Athéna, habillée et armée de la tête aux pieds. A partir de ce moment, la sage déesse devient l’enfant préféré de Zeus.

Athéna n’a donc concrètement pas de mère, mais nous pouvons lui attribuer la filiation de Métis, elle-même la personnification de la sagesse. Elle est une sorte de synthèse entre l’esprit de Zeus et Métis toute entière. Évidemment, cette naissance ne plait pas à Héra et de plus Athéna est jalousée de tous les autres dieux car elle est privilégiée par son père (c’est donc sa chouchou).

Les mythes

La création d’Athènes

La cité d’Athènes ne porte pas son nom pour rien. En effet, elle est étroitement liée à la déesse de la sagesse de par son mythe fondateur, son autochtonie. Athéna et Poséidon se disputent la protection de la cité d’Athènes et de sa région, l’Attique. Pour faire comprendre à tous les bienfaits dont il est capable, le dieu des océans frappe le sol de son trident et fait jaillir un flot d’eau qui vient remplir un puits près de l’acropole (selon d’autres légendes, il fait apparaître un cheval remarquable). Toutefois, Athéna ne se laisse pas faire : elle fait jaillir un olivier, le plus prisé des arbres de la Grèce. Ainsi, les athéniens choisissent Athéna en tant que divinité poliade, protectrice de la cité. Poséidon, furieux de cette décision, submerge alors Athènes sous les flots avant de s’apaiser devant les hommages qui lui sont rendus en guise d’excuse.

Le Parthénon, lieu sacré d'Athéna

Le Parthénon, lieu sacré d’Athéna

Un récit quelque peu différent implique une rivalité entre les sexes. A cette époque, les femmes auraient eu le droit de vote à Athènes. Justement, le choix entre Athéna et Poséidon doit se faire par suffrage et ainsi chacun vient donner son avis sur la question. Problème : tous les hommes sont pour Poséidon et toutes les femmes pour Athéna. La déesse l’emporte finalement car il y a une femme de plus que les hommes. Furieux, ces derniers décident donc de supprimer le droit de vote des femmes. Venant de ceux qui ont inventé la démocratie, ce n’est pas très classe…

Athéna la bienfaitrice

Une aide pour les héros

La déesse de la sagesse a été impliquée dans de nombreuses aventures et est très majoritairement d’une grande aide pour les mortels ou les demi-dieux.

Le jeune Bellérophon se voit recevoir ses bienfaits dans un rêve sous la forme d’un mors (un équipement d’harnachement) en or qui lui permet ensuite de dompter Pégase et d’en devenir le maître.

De même, elle est d’un grand renfort à Héraclès durant ses douze travaux : elle lui confie des cymbales d’airain pour effrayer les oiseaux du lac de Stymphale ; elle le guide à travers les Enfers lorsqu’il récupère Cerbère ; enfin elle accueille Héraclès à l’Olympe à la fin de sa vie. Pour la remercier, le demi-dieu lui offre les pommes d’or des Hespérides au cours de ses aventures.

De la même façon, il est impensable de parler du retour d’Ulysse à Ithaque (l’Odyssée) sans évoquer le rôle d’Athéna dans ce périple. En plus de lui accorder une protection permanente, elle aide Télémaque à retrouver son père en prenant la forme de Mentor.

Enfin, Persée reçoit une aide concrète de la déesse sous la forme d’un bouclier de bronze qui lui permettrait de voir le reflet de Méduse sans finir pétrifié. Elle va même jusqu’à guider son bras pour trancher la tête du monstre ! Pour la remercier, Persée lui offre la tête de la Gorgone qu’elle place sur l’égide.

Vase représentant Persée offrant la tête de Méduse à Athéna

Vase représentant Persée offrant la tête de Méduse à Athéna

Inspiratrice et inventrice

Athéna se soucie du bonheur des mortels. Aussi, elle leur offre souvent son aide pour découvrir des techniques et leur donner des idées lumineuses. Elle est celle par qui les Hommes apprennent à dompter les chevaux et à atteler les chars de guerre. Elle supervise également la construction de l’Argo dans le mythe des Argonautes. Athéna enseigne aussi à Dédale l’art de manipuler les métaux. Enfin, elle joue un rôle dans le milieu de la santé, offrant à Périclès une herbe pour sauver son ami et architecte Mnésiclès et à Asclépios le sang de Méduse, ayant des propriétés pouvant soit tuer soit rendre la vie.

Les châtiments dispensés par Athéna

Aglauros et Hersé

Athéna est une belle femme et elle fait nécessairement des émules parmi les dieux. Justement, Héphaïstos, pourtant marié à Aphrodite, tombe amoureux de la sage guerrière et projette en secret de s’unir à elle. Cependant, la parthénos n’a aucune envie de s’accoupler avec le dieu forgeron qui se met à la poursuivre, excité comme jamais. Tellement excité qu’Héphaïstos ne peut se retenir de jouir alors même qu’il n’a pas touché Athéna ! Sa semence vole jusqu’à la cuisse de la déesse aux yeux pers qui, dégoutée, nettoie cet affront à l’aide d’un tissu et le laisse tomber sur le sol terrestre. De ce fluide vital, mêlé à l’aura d’Athéna et aux ressources de la terre, Gaïa, nait un futur roi athénien : Erichtonios. Techniquement, c’est donc la déesse-mère Gaïa qui est la mère de l’enfant, mais elle refuse d’élever le fruit de cet odieux évènement.

Après la naissance d’Erichtonios La divinité de la sagesse décide donc d’élever seule Erichtonios. Toutefois, elle a plus urgent : cacher à Poséidon la naissance de cet enfant pour éviter qu’il ne la raille. Elle le cache donc dans une corbeille qu’elle confie au roi actuel d’Athènes, Cécrops, qu’il décide lui-même de donner à ses filles pour qu’elles en prennent soin. Néanmoins, elles ont l’interdiction formelle de l’ouvrir. Si Pandrosos parvient à réfréner sa curiosité, ce n’est pas le cas de ses sœurs, Aglauros et Hersé. Elles ouvrent alors le récipient sacré et y découvrent un enfant entouré d’un serpent horrible. Épouvantées et rendues folles par Athéna, elles se jettent du haut de l’acropole. Erichtonios, lui, devient plus tard roi d’Athènes et y renforce la prégnance du culte d’Athéna.

Arachné

La jeune Arachné est une lydienne, fille d’un teinturier (ou d’un paysan, ou d’un roi, selon les versions), qui est très douée dans l’art du tissage. Elle est si douée que tout le monde vient admirer ses œuvres et qu’elle ne minimise pas son arrogance à ce sujet. Athéna, déesse patronne des tisserands et elle-même tisseuse de l’Olympe, entend parler d’Arachné et décide de lui rendre une petite visite. Pour cela, elle se change en vieille dame et aborde la jeune tisseuse en lui faisant une leçon sur la modestie. Cependant, Arachné se moque des leçons de la vielle dame et ose même dire que son travail est supérieur à celui des dieux. Quelle erreur !

Athéna reprend alors sa forme habituelle et défie Arachné dans un duel de tissage. Elles s’installent donc face à face devant leur métier à tisser et se mettent à créer. Lorsque les deux concurrentes ont terminées, Athéna présente son œuvre : un tissage splendide, digne d’une déesse. Toutefois, la création d’Arachné est encore plus belle. Athéna est ulcérée de ce résultat et décide de déchirer sa toile de haut en bas pour punir sa rivale. Humiliée et terrifiée, Arachné part se pendre. Prise de remords devant ce triste sort, Athéna décide alors de métamorphoser Arachné en araignée, afin qu’elle puisse continuer à tisser des toiles. La morale de cette histoire est qu’il ne faut jamais se comparer au dieux dans quelque domaine que ce soit : cette impiété est lourdement sanctionnée.

Représentation d'Arachné dans le jeu SMITE

Représentation d’Arachné dans le jeu SMITE

Méduse

Avant de devenir le monstre que nous connaissons bien (une Gorgone), Méduse était une femme magnifique. Elle est d’ailleurs considérée comme une figure primordiale, sœur des Grées tout en étant mortelle. Elle est si belle que Poséidon s’en éprend. Cependant, Méduse ne veut pas de lui, ce qui pousse le dieu des mers à commettre un acte horrible : il la viole au beau milieu du temple d’Athéna. Voyant son lieu sacré souillé de la sorte, Athéna se venge sur Méduse (évidemment…) et la transforme en monstre : ses cheveux se métamorphosent en serpents, son regard devient pétrifiant et des défenses de sanglier lui poussent sur le visage. Une autre version, celle d’Apollodore, raconte qu’Athéna aurait transformé Méduse en Gorgone car elle était trop fière de sa beauté.

Tirésias

Le devin Tirésias n’a pas toujours été aveugle. Il le devint après avoir surpris la déesse de la sagesse qui prenait son bain. Pour se venger d’avoir vu ce que personne d’autre ne verra jamais, elle pose ses mains sur ses yeux et le rend aveugle pour le reste de sa vie. Pour compenser ce châtiment terrible, elle lui offre le pouvoir de la divination.

Ajax

Il existe deux Ajax : le Petit et le Grand. L’un et l’autre ont subi la colère de la déesse.

Le petit, aussi appelé Ajax d’Oïlée, fit l’erreur de kidnapper Casandre alors qu’elle se réfugiait dans un temple d’Athéna. Pour venger cet affront, Athéna demanda à Poséidon de déclencher une tempête meurtrière sur son bateau et envoya la peste sur sa terre natale, la Locride. Cependant, Ajax ne meurt pas de la tempête et se retrouve sur les rochers de Gyras. Il déclare alors qu’il s’en sortira malgré les intentions des dieux. C’en est trop pour Poséidon qui frappe alors le rocher sur lequel il se tient et le fait tomber dans l’eau, le tuant sur le coup.

Ajax le Grand, héros grec lors de la Guerre de Troie, se dispute les armes d’Achille avec Ulysse. Athéna le rend alors fou et Ajax se met à égorger des moutons alors qu’il croie tuer les grecs. Lorsqu’il s’en rend compte, il se tranche la gorge. Ulysse devra insister pour qu’on lui rende une sépulture.

Les combats de la déesse

La Gigantomachie

Les Géants sont le fruit d’une nouvelle tentative de Gaïa pour détrôner son petit-fils Zeus. Ils ne sont pas moins de vingt-cinq à se dresser contre l’Olympe. Cependant, les dieux sont désormais assez puissants pour les affronter et les vaincre. De plus, ils sont aidés du très puissant héros Héraclès. Athéna combat le géant Pallas, qu’elle tue et ensevelit sous un rocher avant qu’Héraclès ne l’achève. Elle porte ensuite sa peau en guise de trophée et d’armure. Elle collabore une fois de plus avec le demi-dieu, fils de Zeus, pour vaincre Encelade et l’enfermer sous l’Etna.

La Guerre de Troie

Bande dessinée tirée du jeu SMITE et représentant le combat entre Athéna et Arès

Bande dessinée tirée du jeu SMITE et représentant le combat entre Athéna et Arès

Athéna participe au conflit légendaire de Troie en prenant le parti des grecs. La raison est simple : Pâris ne l’a pas choisi comme étant la plus belle des trois déesses en compétition. Athéna n’hésite donc pas à encourager ses poulains dans la guerre et même à s’y mêler en participant à la mêlée. Sur le champ de bataille, elle se retrouve confrontée à Arès, qu’elle terrasse facilement. Pour plus de détails sur la guerre de Troie, rendez-vous sur l’article consacré à cet évènement mythologique : ICI.

Sources

  • Hésiode, La Théogonie,
  • Homère, L’Iliade,
  • Homère, L’Odyssée,
  • Ovide, Les Métamorphoses.

Bibliographie

  • Andrieu Gilbert, Athéna ou la Raison, Paris, l’Harmattan, 2017.
  • Hamilton Edith, La Mythologie, Alleur, Marabout, 1940.

Adaptations dans la culture pop

  • La déesse de la sagesse apparaît dans le manga Saint Seiya (en français, Les Chevaliers du Zodiaque) sous la forme de Saori Kido, sa réincarnation japonaise qui dirige l’ensemble des chevaliers de bronze, d’argent et d’or dans une lutte millénaire contre Hadès.
  • Athéna est la mère du personnage d’Annabeth Chase dans les romans de la saga Percy Jackson de Rick Riordan. Elle se caractérise par son absence auprès de ses enfants et par sa grande intelligence.
  • La divinité aux yeux pers est beaucoup représentée dans l’art, que ce soit en sculpture ou en peinture. Nous pouvons citer l’œuvre de Judy Chicago, The Dinner Party, ou la célèbre Pallas Athéna de Gustav Klimt.
  • Les jeux vidéos se sont aussi appropriés Athéna comme par exemple God of War ou SMITE.
Saori Kido, alias Athéna dans Saint Seiya

Saori Kido, alias Athéna dans Saint Seiya