Le déroulement de la fête de la couleur

La fête de la couleur, est une occasion de se réunir et c’est une fête particulièrement conviviale.

Les indiens ont pour coutume alors, la nuit du premier jour de fête, d’allumer d’un grand feu en souvenir de la crémation de Holika.

Une fois ce feu allumé, le deuxième jour la fête de la couleur prend toute sa signification.

Les indiens et toutes personnes de toutes autres origines participants, sont alors habillées en blanc pour l’occasion, des pigments plein les mains.

Chacun se jettent alors ces pigments, sur les autres, prononçant alors « Bura na mano, Holî hai » qui veut dire « ne soyer pas fâché, c’est la Holi ».

Il faut savoir qu’au delà du rite coloré, la Holi est aussi un fabuleux moment pour partager et se retrouver autour de spécialités culinaires, préparées pour l’occasion.

L’histoire de la fête de la couleur

Dans la mythologie hindoue, Hiranyakashipu, un roi fier et arrogant haïssait tous ceux qui se trouvaient autour de lui.

Particulièrement amer, il souhaitait se débarrasser de son fils, Pralhad, car celui-ci portait une admiration sans borne au dieu Vishnu.

Il tenta un grand nombre de fois de le tuer mais il ne parvint jamais à ses fins.

Ainsi, le roi décida de demander l’aide de sa sœur, Holîka, dotée d’un pouvoir secret, celui de ne pas craindre le feu.

Il défia alors son fils de s’allonger avec sa tante dans les flammes. Ce dernier accepta et en ressorti contre toute attente, indemne, alors que sa tante mourût.

Pour le punir, Vishnu tua Hiranyakashipu.

Dès lors, Holî devint la fête de la crémation de Holîka, symbole de la victoire du bien sur le mal.

Vishnu tuant Hiranyakashipu

Image sous licence Creative Commons
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:
Lightmatter_vishnu1.jpg