L’écharpe

L’écharpe a pour fonction première de protéger le cou du froid notemment durant la période hivernal. Mais en réalité elle se porte en toute saison, elle peut êtrte chaude ou au contraire dépasser sa fonction de protection pour remplir une fonction esthétique.
L’écharpe se présente comme un rectangle allongé de tissu ou de laine que l’on enroule aurtour du cou ou on jette sur les épaule, elle fait naturellement des plis.

Une écharpe est un accessoire ou une grande possibilité de looks est possible.

Nouer une écharpe

La façon de porter l’écharpe est également très variable : pour un look androgyne l’écharpe peut être nouée comme une cravate avec un pan plus grand que l’autre. L’écharpe peut être également enroulée très simplement autour du cou en mettant  les deux extrémités derrière, devant ou une devant et une derrière. Les baroudeuses préfererons les écharpe carré : on forme un triangle avec l’écharpe et on noue les extrémités devant.

 

Les styles d’écharpes
Les écharpes très longue, dite « oversize » : le but étant de faire de nombreux tour avec l’écharpe qui devient presque un vêtement parmi d’autre.

L’été on utilise des écharpes très légères généralement fine mais elle doit toujours rester longue.

Les keffiehs ou les chèches sont aussi, parfois, portés comme des écharpes : ils sont présents à presque tous les défilés des grands couturiers. Il permet de donner une touche « ethnique ».

Libre de droit d’usage, de modifications y compris à des fins commerciales
http://www.suede-magazine.fr/14/image/mode-h-et-h-hiver-2008-2009.jpg

 

Les lunettes

Les lunettes comme accessoire de mode… Et oui, vous pouvez trouver ça étrange, mais pourtant…
Les lunettes sont à la base un dispositif permettant de pallier les problèmes de vue. Longtemps considérée comme plutot laide mais malheureusement indispensable. Porter des lunettes quand on est « myope comme une taupe » pouvait autrefois se présenter comme un véritable handicap social (l’épaisseur des verres, la grosseur des montures) malgré un certain design  apparu dans les années 1990. Les termes de « bigleux », « binoclar », « serpent à lunettes » le prouve et ont longtemps peuplés les cours d’école, mais le sort des lunettes à bien changé depuis…

 

 

L’apparition du design s’accentue dans les années 1980-1990, de nombreux designers lançant leur collection, les lunettes devenant un accessoire de mode, mêlant ergonomie et esthétique.Chaque année, les nouvelles collections de montures sont présentées lors de salons internationaux de l’optique, tels le SILMO à Paris ou le MIDO à Milan.
Aujourd’hui porter des lunettes n’a jamais été aussi « cool », la preuve étant que on a jamais autant vendu de lunettes sans correction !

 

Image libre de droits et d’usages
leptithebdo.net

 

Histoire du chapeau

Bolivar, borsalino, charlotte, faluche, mantille, panama… ces mots ne vous évoquent rien ? Et pourtant ils désignent tous ce fameux couvre chef connu de tous, le chapeau.

Mais que connaissons nous de l’histoire de cet accessoire de mode ? Pas grand chose.
« Chapel » est un mot médiéval venant de « caput » qui, d’après le dictionnaire de l’académie française de 1694 évoque « Une couronne de fleurs qu’on met sur la teste dans quelque resjoüissance, dans quelque feste solemnelle, citant : Les Prestres à la procession portoient un chapeau de fleurs sur la teste. »).
Le chapeau a toujours eu deux grandes fonctions :
- Une visée utilitaire : protection contre les intempéries
- Une visée esthétique ou sociale

La préhistoire n’a laissé aucune trace du couvre chef de l’homme des cavernes. Cependant rien n’exclu que l’Homme de Cromagnon ornait sa tête de quelque feuille de palmier pour se protéger du soleil…

Les premiers chapeaux connus reviennent de l’Antiquité en Egypte ou divers types de coiffures étaient utilisées, mais l’un d’antécédents les plus reconnus du chapeau a été le bonnet phrygien, un chapeau d’origine persane qui a été utilisée par les Grecs pour symboliser que tout ce qui le portait était un esclave à qui sa liberté avait été octroyée.

Le chapeau, initialement fut pratiquement essentiellement une coiffure masculine.

Dès le XIIIè siècle, on fabriquait des chapeaux en feutre pour homme. A cette époque, ne pouvaient être utilisés pour leur confection « que du feutre et de la soie de choix… ». Les femmes portaient plus volontiers des bonnets, guimpes et voiles, ceux-ci étant indifféremment des coiffes portées à l’intérieur comme à l’extérieur de la maison.
Il y eut quelques exceptions, la femme ne portait le chapeau que pour aller à la chasse.

 

A la fin du XVIIIè siècle, les femmes portèrent « le chapeau de bergère » pour les promenades, puis les « bonnets de passe ».

Le XIXème siècle, voit l’explosion du chapeau en tant que coiffure féminine. Il fait alors l’objet de créations les plus fantaisistes. Suivant les saisons et les modes, il se porte très haut sur la tête ou au contraire il couvre la nuque.

La coiffure masculine, pendant cette même période, s’assagit pour ne devenir qu’un « chapeau de bras ». Il a délaissé ses ornements brillants et colorés d’avant le XVIIIè siècle qui ne seront conservés pour les coiffures militaires, ou plus généralement d’uniformes.
En effet le chapeau peut être un signe distinctif d’une grande école, d’une administration, d’un régiment, voire d’une seule personne.

Pour la femme au siècle dernier, il est le symbole de la classe sociale et des bonnes convenances, seule l’ouvrière ose sortir dans la rue la tête découverte.

Mais la libération de la femme, sa participation de plus en plus grandissante à la vie active, lui seront fatales. Il sera abandonné, tout comme le corset. On le trouve encombrant, voire ridicule. Il n’est plus guère porté que l’hiver, retrouvant là sa vocation première : se protéger du froid, ou l’été et lors de cérémonies officielles, ou lors de mariages.

Quoi qu’il en soit, la période qui s’étend de la fin du XVIIIème siècle à 1960 vit le triomphe de cet accessoire.

 

Image libre d’usage, de modifications y compris à des fins commerciales
http://www.masculin.com            Chapeaux, bonnets et chapkas, hiver 2009

 

 

 

 

Présentation du blog

Pourquoi s’intéresser aux accessoires de mode ? A quoi servent ils ? Quelle est leurs histoires ?

Comme les vêtements, les accessoires de mode ont une fonction à la fois utilitaire et symbolique.
Par exemple, les sacs à main permettent de transporter des objets. C’est leur fonction utilitaire. D’un point de vue symbolique, les sacs à main sont des objets qui signalent un statut social, un mode de vie selon leur marque, leur confection, etc.

C’est pourquoi nous avons voulu nous intéresser à certains accessoires. Savoir ce que les montres, les cannes, les chapeaux et autres objets à apparence futile pouvaient bien receler comme trésor.

 

L’image d’en tête est libre de droits d’usage, de distribution ou de modification y compris à des fins commerciales et à été prise sur http://fandebeaute.fr/wp-content/uploads/2011/08/Breakfast-at-Tiffanys-journ%C3%A9e-1.jpg