Sa vie bascule

C’est au jour du 17 Septembre 1925 que la vie de la jeune Frida Kahlo bascula. En effet, elle rentrait de l’école en bus quand tout à coup celui-ci sortit de route et heurta un tramway. Le choc fut terrible, plusieurs personnes y trouvèrent la mort, Frida, elle, trouva la force de survivre malgré les nombreuses blessures. Elle raconte : « Je suis montée dans le bus avec Alejandro. Je me suis assise au bord, près de la main courante, et Alejandro s’est assis à côté de moi. Quelques instant plus tard, le bus a percuté un tramway de la ligne Xochimilco. Le tram a écrasé le bus contre l’angle de la rue. Ce fut un choc étrange, il n’était pas violent mais sourd, lent, blessant tout le monde. Moi surtout […]. Le choc nous projeta vers l’avant et la main courante me transperça comme l’épée transperce le taureau. Un homme, voyant la terrible hémorragie, me ramassa et m’allongea sur une table de billard jusqu’à l’arrivée de la Croix-Rouge. Je perdis ma virginité, mon rein se ramollit, je ne pouvais plus uriner et ce dont je me plaignais le plus était la colonne vertébrale. » Frida est grièvement blessée de la tête aux pieds. En effet, ses côtes, ses vertèbres et son bassin sont brisés, sa jambe et son pied droit sont fracturés, son épaule est démise et enfin, son abdomen et sa cavité pelvienne sont transpercés par la main courante (barre de métal). De ce traumatisme, elle souffrira d’une malformation et du syndrome d’Asherman qui seront la cause de fausses couches. Elle sera alitée trois mois mais c’est un an après l’accident qu’on lui découvre une vertèbre cassée, elle est alors contrainte de porter des corsets en plâtre et de rester alitée. C’est à partir de là qu’elle se mit à peindre, notamment une fois qu’on lui installa un miroir au-dessus de son lit. Ainsi, elle utilisa son propre reflet comme modèle. Toute sa vie elle resta sous l’emprise de ses blessures puisque même en 1950, sa colonne vertébrale étant trop endommagée, elle dût subir 7 opérations.