Belle soirée interculturelle pour l’acte 2 de Discrimin’action

Mardi 17 avril 2018 a eu lieu la seconde soirée de « l’acte 2″ du théâtre forum Discrimin’action à la cafétéria de l’UFR Lettres. Devant environ 50 personnes le comédien Ludovic Serru avait décidé, contrairement à la première soirée, de ne pas faire jouer les scénettes travaillées en ateliers avec des étudiants mais d’inviter directement le public à réfléchir puis à jouer une scène de discrimination.
Un repas de famille durant lequel une jeune femme annonce à ses grands-parents notamment sa relation amoureuse avec un « étranger » fut la scène choisie. Les discussions s’anime voire s’envenime face au rejet et à l’incompréhension de la famille, les intervenants (qui se succèdent selon le principe du théâtre forum) essaient de faire évoluer au mieux la situation et la salle réfléchit collectivement au meilleur positionnement possible pour lutter contre le racisme ordinaire et les préjugés.

Un repas interculturel organisé à l’initiative du BDE des étudiants du Master FLE ainsi que la venue de l’Arsenic Fanfare ont clôture cette soirée festive très réussie.

Merci à celles et ceux qui ont contribué à ce succès!

discriminaction2018-1

Les Etats Généraux de la Migration contre le projet de loi asile et immigration

De nombreux collectifs et associations du Maine-et-Loire qui ouvrent au quotidien à l’accueil se rassemblent face au projet de li asile et immigration du gouvernement. Notre collectif s’y associe et relaie le message.

A toutes les associations ou collectifs partenaires des Etats Généraux des Migrations en Maine et Loire :

Dans le cadre des Etats Généraux des Migrations, nous avons été 49 associations/collectifs partenaires. La loi ‘Asile et Immigration’ sera débattue au parlement du 16 au 19 avril.

Elle ne répond pas aux attentes que nous avons exprimées collectivement (voir notre compte rendu : http://sosmigrants49.org/wp/wp-content/uploads/2018/04/CR-EGM-49.pdf ).

Dans le cadre des Etats généraux au niveau national, une action collective est programmée entre le 16 et 18 avril, dans laquelle la coordination du collectif SOSmigrants49 et LDH 49 s’inscrivent.

Il nous semble préférable de le faire très largement et collectivement sur le Maine et Loire. Comme le temps presse, nous vous demandons de nous dire par retour si vous vous y associez.

Voici la proposition :

- une campagne de cartes ou mails en direction de chacun de nos députés

- une mobilisation (type flashmob le mercredi 18 à 17h30 Place du Ralliement à Angers)

Le recensement des organisations locales signataires de cet appel permettra de donner de l’ampleur à l’action et d’avoir un impact dans les médias locaux.

Affiche EG

Seconde séance du théâtre forum discrim action – mardi 17 avril 2018-

La seconde soirée du théâtre forum discrimin’action aura lieu le mardi 17 avril à partir de 19H30 à la cafétéria de l’UFR Lettres.

Animée par le comédien Ludovic Serru cette soirée invite à participer de façon active à l’élaboration et à la transformation de scènes de discriminations:

De quoi s’agit-il ? De mettre en scène des situations conflictuelles du quotidien
de discriminations raciales et religieuses et qui ont des conséquences qui ne nous
conviennent pas.
Qui participe ? Tout le monde ! Aidé d’un comédien intervenant, chacun pourra
transformer directement ces scènes pour qu’elles se terminent autrement, mais aussi
donner son éclairage sur la situation, tenter de proposer des alternatives et voir leurs
conséquences sur le déroulement des événements.
Pourquoi faire ? Comprendre ces situations qui nous paraissent aujourd’hui
bloquées et pourtant insupportables et chercher à savoir ce que l’on risque demain
si on veut les changer.

Un repas interculturel et une animation par la fanfare de l’UA sont proposés à l’issue de la soirée!

Discrimin'action 17 avril

Retour de Calais : témoignage d’une volontaire

Retour de Calais : témoignage d’une volontaire

Par Anaëlle

1er octobre 2017 :

Aujourd’hui, je comprends pourquoi il est dur de revenir de Calais. Je savais que c’était dur parce que c’est un lieu difficile à quitter : on s’attache aux réfugiés, on met du sens dans tout ce qu’on fait, on se lie aux autres volontaires.

Aujourd’hui je comprends pourquoi il est dur de revenir de Calais parce que c’est dur d’en parler à ceux qui ne l’ont pas vécu. Aujourd’hui j’ai expliqué peut-être 5 fois ce qu’il se passe à Calais. Et c’est usant… Parce que ça te rend triste, parce que t’aimerais crier à tous la colère que t’as dans les tripes. Parce que t’arrives pas à faire comprendre aux gens ce qu’il se passe vraiment, parce que quand t’expliques, ça ne vaut pas ce que toi tu ressens, ce que toi t’as vu… Parce que les mots se révèlent insuffisants… Parce que t’as changé mais tu sais pas comment le dire… Parce que tu ne sais pas formuler à la fois l’inhumanité de la situation et ces éclairs d’insouciance, de joie, de beauté… Parce que tu n’arrives pas à dire la force que les réfugiés te donnent par leurs sourires, leurs blagues quand on te dit « moi je pense que je serais pas assez forte, pas prête » si tant est qu’on puisse être prête à voir l’inhumain … Parce que tu te prends des remarques à côté de la plaque et que tu as envie de pleurer, que tu te demandes parfois s’il faut vraiment répondre et qu’en fait c’est souvent par méconnaissance, qu’on ne savait pas qu’il y avait encore des réfugiés à Calais, des réfugiés dans la rue, qu’on « pensai[t] qu’on les aidait vu qu’ils fuient leur pays et qu’on est censé avoir les frontières ouvertes pour tous…… ».
Parce que tu te prends des « Mais moi je pense pas qu’on puisse accepter toutes les demandes d’asile ».
Mais qui je suis pour faire le tri, pour dire que toi t’es pas en danger parce que tu viens pas d’un pays sur la liste des pays dangereux. Qui je suis pour te dire à toi qui étais déjà à Calais en 2008, as été déporté dans ton pays et reviens que tu dois y retourner parce que tes bonnes raisons de quitter ton pays de nouveau et de retenter de passer en Angleterre malgré ce que tu dois vivre à Calais, ne sont pas assez bonnes pour l’administration. Que c’est comme ça, les procédures m’obligent à te renvoyer. Que de toute façon on peut quand même pas accueillir tout le monde non plus. Qui je suis pour te dire à toi qui me répète trois fois que tu ne veux pas aller en Angleterre pour l’argent comme tous les medias et la clique politique le répètent, que tu en as beaucoup, de l’argent, que si tu veux absolument passer en Angleterre c’est pour rejoindre ton frère parce que ton autre frère a été assassiné pendant que t’étais en prison, car ton père est politique. Qui je suis pour te dire de retourner dans ton pays parce que t’as pas de visa alors que moi blanche française bien née, je peux prendre l’Eurostar oklm, passer par les autoroutes calaisiennes entourées de trois rangées de barbelés, comme si vous étiez des animaux, et prendre le ferry, demander un visa pour le monde entier et y aller sans problème avec un trajet en avion alors que tu as mis en moyenne 2 ans à arriver à Calais, avoir mon ambassade qui me protège dans n’importe quel pays alors que ma police, mon gouvernement te harcèle, te matraque, te gaze, te vole, te tabasse, te poursuit, te rafle et tout ça parce que je suis bien née et que toi t’as pas eu de chance…

Parce que tu n’arrives pas à expliquer la rage que tu ressens pour tout ça, Parce que tu tentes de formuler ton dégoût de la radio, des infos, des discours, des grands principes, des belles valeurs, des questions politiques politiciennes, des débats philosophiques hauts perchés quand la réalité en bas de chez toi, à quelques kilomètres, dans ton pays, dans ta belle forteresse Europe desquels tu es « citoyenne », est dégueulasse… Parce que t’essayes de dire à quel point ta colère te prend les tripes mais que face à toi, on ne comprend pas vraiment…

Aujourd’hui, je comprends pourquoi il est dur de revenir de Calais. Je savais que c’était dur parce que c’est un lieu difficile à quitter. Je comprends maintenant que c’est un lieu dont il est difficile de revenir parce qu’un mur – non pas des murs, s’il vous plaît !!! – plutôt un fossé te sépare de ceux et celles qui n’y sont pas allés !

Finir ce texte par une invitation donc… Une invitation à venir voir ce qu’il se passe dans notre cher pays et continent des droits de l’humain, dans cette zone de non-droits et de survie qu’on prénomme Calais ! J’ai appris à Calais ce que ça voulait dire être humaine, j’ai puisé de là une force incroyable de réfugiés qui sont beaux et souriants dans une réalité sans mot pour la décrire, j’en garde une colère qui est dure à contenir et dont je ne sais pas ce que je vais faire mais qui, comme la force qu’ils m’ont donnés, me fera aller loin… Et oui j’ose dire que j’en garde de l’espoir, un peu, parce que malgré la merde que tu vois tous les jours, avec tous les autres volontaires, on a une putain de force de frappe à faire 3 000 repas par jour, à organiser toutes les distrib, à faire les runs hôpital, à remplir 100 bentos en 10 minutes parce qu’on s’y met … Avec toutes les personnes qui font des dons si indispensables aussi, avec toutes les personnes qui accueillent des réfugiés chez eux pour une nuit, une semaine ou plus… il faut seulement s’y mettre ! Donc viens mettre ta main à l’ouvrage toi aussi !
Et si tu n’as pas le temps ou l’envie de venir, on a besoin de tes dons pour leur redonner à notre tour un bout de pain pour ne plus avoir le ventre creux, une couverture pour ne pas avoir trop froid, des chaussures chaudes, légères et qui prennent pas (trop) l’eau pour qu’ils puissent marcher, un vieux portable pour garder contact avec ceux qui leurs sont chers, … et on a besoin de toi aussi dans l’assoc’ ou le collectif de soutien près de chez toi pour donner des cours de français, accompagner les démarches administratives, organiser des match de foot, faire de l’hébergement solidaire…