Ouverture BU le dimanche, an 3

BU Saint Serge | Dityvon, mai 68Voilà deux ans, nous nous préparions à lancer une expérimentation de 3 ans pour ouvrir la BU de centre ville (Droit, sciences éco, gestion, Santé) le dimanche. J’en avais parlé dans le billet “Bibliothèques ouvertes : 2016-    ”  qui racontait le [long et raide] chemin parcouru pour en arriver là.

Le CT et le CHSCT suivent de près cette expérimentation et la Direction du pilotage et de l’évaluation (DPE) de l’université d’Angers (grâces lui soient rendues, notamment à Aurelia T., qui fait parler les tableaux Excel comme je ne saurais le faire) produit pour ces instances et la bibliothèque universitaire une synthèse quantitative remarquable sur la base des données horaires du portail Affluences.

Le rapport 2018 m’a donné envie de le partager dans ce court billet dédié, tant je trouve intéressante la manière qu’a eu la DPE d’analyser les jauges par demi-heure de fréquentation de la BU Saint Serge sur tous les jours de la semaine, au delà du seul cas du dimanche…

Télécharger (PDF, 627KB)

En effet, Affluences nous permet, au delà du service en temps réel d’information de nos usagers via le site web et l’application dédiée sur les jauges d’occupation des deux BU, de quantifier, année après année, l’augmentation de la pression sur les espaces, liée à l’augmentation du nombre d’étudiants et à leur goût croissant pour le travail en bibliothèque universitaire.

Au delà des simples entrées et sorties par jour, qui mesurent aussi bien la proportion de fumeurs et le nombre de cigarettes consommées par les usagers de la bibliothèque que leur usage de cette dernière, ces données nous permettent de mieux comprendre les phénomènes de pics et de creux et de continuer à penser, éléments objectifs en main, des services pour périodes “de pointe” :

  • Déploiement de tables et chaises pliantes dans des espaces ciblés
  • Mise en place d’un accompagnement discret à la recherche de places cachées
  • Ciblage des périodes de gestion de la réservation de places par trousses interposées.

Nous sommes loin de bien savoir quoi faire pour gérer les moments où la demande excède l’offre, mais ces éléments chiffrés, précis, remontés par une instance indépendante de la BU dans les instances politiques de l’université sont un atout de choix pour défendre des investissements pour nos bibliothèques !

Façade BU Saint Serge

Bibliothèques ouvertes : ouvrir le dimanche 2016-


Chaumont sur Loire  25 juin 2015  079

Ouvrir mieux lorsqu’on offre déjà une amplitude hebdomadaire de 84 h (8h30-22h30) ? Fallait-il le faire et pourquoi ? Comment ? Retour sur 8 mois de préparation du projet d’ouverture dominicale de la BU St Serge à partir de novembre 2016.

Pourquoi ouvrir encore plus ?

  • Parce qu’il y a plus d’étudiants (de 18 500 en 2009 à 22 710 en 2016).
  • Parce que les étudiants le demandent et en ont objectivement besoin.
  • Parce qu’on ne peut pas pousser les murs et que seuls deux leviers permettent de jouer sur la capacité d’accueil : le nombre de places et l’amplitude horaire.
  • Parce qu’un co-financement dédié va permettre d’expérimenter si, quand et comment cela est faisable et pertinent pendant 3 ans. Continue reading

Bibliothèques ouvertes : ouvrir en soirée 2009-2016

BUA la nuitAppel à projet Bibliothèques ouvertes oblige, et pour ne pas avoir à copier/coller ces informations par mail en ordre dispersé à la demande de collègues, voilà la mise à jour du billet écrit par O. Tacheau lors de la mise en place en 2009 de Noctambu à la BUA. Ce billet récapitule les ingrédients la recette de l’ouverture en nocturne à l’angevine version 2016.

1) Régularité et continuité

L’ouverture des bibliothèques se fait en continu sans dégradation durant les petites vacances du 1er septembre à fin juin : 65h hebdo pour la BU Belle Beille et 84h hebdo pour la BU Saint Serge.

Continue reading

Lancement d’Affluences

 

Affluences : stratégie de lancement1. Un enjeu de communication

On ne présente déjà plus Affluences articles dans Livres Hebdo ou le BBF, déploiement éclair à Paris en cercles concentriques autour de la pionnière BPI, adoptions depuis septembre 2015 en province à Clermont Ferrand, Toulouse, Rennes, etc.

L’application qui permet aux étudiants de savoir s’il y a du monde à la BU a tout pour plaire : facile à mettre en place sans aucun coût RH caché, orientée étudiants, plutôt mieux dessinée que l’ordinaire des services mobiles en BU. Bref à la fois utile et utilisable.

La seule question que doit se poser une bibliothèque qui met en place Affluences est de faire connaître ce service, de le rendre désirable. Continue reading