Combien ça coûte ?

Nous avons publié des tableaux de synthèse sur l’évolution des coûts et de la consultation de la documentation électronique jusqu’en 2013 dans le gros rapport d’activité de la BUA. L’arrêt de ce “bottin” annuel remplacé par des infographies plus légères ne nous empêche pas de compiler ces données chaque année.

En attendant une analyse plus fine et rédigée, dans le cadre d’un rapport encore à produire qui reprendra les évolutions majeures de la BUA de 2013 à 2016, et dans la droite ligne de l’initiative de nos collègues clermontois, voici un fichier pdf Continue reading

1 an de prêt illimité : un premier bilan

Image


La théorie de la brouette invalidée

wheelbarrow_of_books

Je posais la question dans un article en septembre 2015 consacré au lancement du prêt illimité à la BUA : vaguelette ou tsunami ? L’introduction du prêt illimité va-t-elle faire exploser le nombre de prêts ? Va-t-on voir débarquer des utilisateurs munis de brouettes pour charger plus de livres ? Les rayons seront-ils vidés de leurs collections ? Et les collègues submergés par le rangement ? Non, non, non et non, voici les réponses aux 4 questions qui précèdent.


Comparer d’accord, mais comparer quoi ?

Chargé des indicateurs et du pilotage à la BUA, j’ai commencé assez tôt à m’interroger sur les indicateurs susceptibles de nous permettre d’observer l’évolution du dispositif. Et il m’est rapidement apparu que la modification des conditions de prêt vidait de son sens la comparaison brut du nombre de prêts d’une année sur l’autre, la durée autorisée étant passée de 28 jours à 90 jours.
J’imaginais mathématiquement une baisse du nombre de  « transactions » : j’ai le document pour plus longtemps, je n’ai pas besoin de le réemprunter ou de prolonger le prêt. En faisant cela, je fantasmais un usage, ou plutôt un besoin : avoir les livres plus longtemps.
Mais alors que faire ? Comment observer « scientifiquement » les effets produits par l’introduction du prêt illimité ? Continue reading

BU Angers | Forfait illimité

illimiteC’était dans les tuyaux depuis quelques mois : à partir du 1er septembre, les étudiants, enseignants et personnels de l’université d’Angers vont bénéficier du prêt illimité de livres.
Un groupe de travail était chargé de dépoussiérer les conditions d’emprunt, qui dataient du début des années 2000 et proposaient, comme dans d’autres BU d’ailleurs, une gradation des droits de prêt selon les galons acquis : licence 5 livres, master 10 livres, doctorants et enseignants 15 livres.

Le choc de simplification (hum)

La consigne était double : augmenter et simplifier.
Augmenter parce que :
- nous n’achetons pas pour 300 000 euros de livres par an pour le plaisir de les garder au chaud sur nos étagères
- limiter pour limiter n’est ni utile, ni utilisable, ni désirable pour l’usager

Simplifier parce que :
- plus on distingue de catégories de lecteurs, de supports, de bibliothèques, de localisations, de périodes… et j’en passe, moins l’offre de service est lisible pour l’utilisateur

Le résultat :
- nous sommes passés de 6 catégories de lecteurs à 2
- nous avons harmonisé la durée de prêt pour tous les supports hors livres (3 semaines), le nombre de documents empruntables hors livres (5 DVD, 5 BD, 5 revues)
- nous avons fait le choix de tenter l’illimité en nombre pour les livres, pour la communauté universitaire (les extérieurs n’en bénéficient pas). Continue reading