Cyclobiblio 2018 : Angelle

Cyclobiblio Angelle

La BU d’Angers est partenaire en 2018 de Cyclobiblio Angelle – Angers La Rochelle.

Cyclobiblio, c’est une conférence itinérante et informelle de bibliothécaires qui sur les routes de France (ou d’ailleurs) échangent, visitent et imaginent les mille manières de faire vivre des bibliothèques d’aujourd’hui, en prise avec les communautés qu’elles desservent, et sont davantage affaire d’hommes et de femmes que de livres et procédures.

En pratique

Le Cyclobiblio 2018 partira d’Angers le 2 juin prochain : la journée d’ouverture sera l’occasion de faire découvrir et partager les bibliothèques angevines et de partager des moments rares avec des collectifs engagés. Continue reading

Table des matières #BUAPro

Voici une table par thème et auteurs, en complément des catégories retrouvées* pour faciliter l’expérience de tourisme bibliothéconomique en ligne. Pour le tourisme in situ, des visites BUApro sont organisées 3 fois par an. Prochaine séance 14 et 15 juin 2018.

I. Thèmes

Traductions | Réflexions générales

 

Continue reading

Gérer des inscriptions

bouton-inscrivez-vousDepuis quelques années, la BUA, comme bien d’autres, est appelée à gérer de plus en plus d’inscriptions en ligne :

  • ateliers libres Zotero (40 à 50 séances programmées en début d’année), ateliers clinical solving, visites professionnelles BUAPro
  • Bibcamps internes, ubibcamp
  • Organisation d’événements de type Cyclobiblio et usage des outils Google
  • Inscriptions des lecteurs extérieurs avec paiement en ligne
  • Réservations de salle
  • Rendez-vous avec un bibliothécaire

Nous tâtonnons énormément, n’avons pas trouvé de solution idéale, mais avons appris deux ou trois choses qu’il me paraît intéressant de documenter et partager ici, histoire que nos expériences et mésaventures puissent peut-être servir à d’autres.

Continue reading

Ne m’appelez pas « Client », traitez-moi comme un être humain !

Version dessinée de l'article C. Needham Version dessinée de l’article de C. Needham par Magalie Le Gall  - Merci !

Post-script du 30 mai 2018 : Je relis cette traduction à la lumière de tout ce qui s’écrit, se dit et se ressent sur le mécanisme d’attribution des places sélectives et non-sélectives dans l’enseignement supérieur via la plateforme ParcoursSup. J’y trouve une illustration parlante d’une mise en concurrence des fournisseurs par les “clients” les plus riches et les mieux informés là où les “bénéficiaires” moins bien informés et plus vulnérables vivent le fait d’attendre d’être servis et d’avoir moins de choix comme une discrimination intolérable. C. Needham n’apporte pas de solution, mais son analyse reste éclairante dans un contexte de logique client/fournisseur prégnante dans les injonctions contemporaines en France aussi.

Continue reading

“Pourquoi viennent-ils ?” De la bibliothèque comme lieu et comme marque

Le premier dim

De retour de #ADBU2017 et #ubibcamp2, où le rôle des bibliothèques universitaires au sein des communautés de l’ESR a fait l’objet d’échanges nourris, je m’interrogeais sur l’identité de nos BU, et la manière dont, à travers le temps très long, la “Bibliothèque” incarnait dans l’imaginaire collectif certaines valeurs de transmission, de continuité, de partage et d’ouverture en tant que lieu de sociabilité savante. La découverte du beau Learning center “Lilliad Innovation” donnait matière à penser sur les diverses manières de vivre, d’assumer ou de dépasser notre héritage de “bibliothèques” en terme d’image de marque au sein de la communauté universitaire et de la société en général. (* erratum : Lilliad vient de me confirmer qu’il n’y a aucun projet de généralisation de l’appellation à d’autres sites lillois).

Comme souvent, un collègue, quelque part, se posait des questions comparables et avait pris la peine d’écrire un billet de blog en anglais pour ouvrir la conversation. Christian Lauersen est danois et dirige plusieurs bibliothèques de Lettres et sciences humaines de l’université de Copenhague au sein de la Royal Danish Library. Il tient depuis trois ans un blog des plus stimulants, The Library Lab, où il rend compte, notamment, de la naissance et de la croissance d’un merveilleux lieu, le Digital Social Sciences Lab (#DSSL) où autour des questions de datavisualisation et d’aide à la recherche, la bibliothèque universitaire se trouve au cœur d’un écosystème de chercheurs, d’étudiants, de données ouvertes, tissant sociabilité, savoir-faire et faire savoir au sous-sol d’une des bibliothèques de sciences humaines les plus chaleureuses qu’il m’ait été donné de visiter (Voir albums Social Science Library ; DSSL).

christian_lauersen

Les réflexions qui vont suivre sont la traduction [assez libre] en français du billet de Christian Lauersen Why do they come? The Library as place and brand, publié le 18 octobre dernier sur le blog Library Lab.

Continue reading

Devenez acteur de services attentifs aux usagers

4345_1460632116_userexperience_970x545pL’appel à projet BO+ a vu la création de 11 postes ESR, plutôt portés par des COMUE.

Comme tous les autres porteurs de projet, la COMUE UBL avait proposé un profil de coordinateur : bien convaincus que la gestion des moniteurs, de l’intendance et des plannings se ferait en local au plus près du quotidien, nous avions orienté le profil sur un terme générique faisant consensus : la “qualité des services”. Sensibilisés [peut-être] par la journée d’études “Des services vraiment orientés usagers ?” du congrès ADBU 2016, les collègues directeurs/trices des SCD du réseau ont construit un certain consensus sur le fait que travailler l’observation en mode projet et disséminer des méthodes inspirées du Design UX pouvait être coordonné de manière transversale, et décliné en autant de projets de terrain par les équipes en place.

Continue reading

Google, my business

keep-calm-and-exit-the-building-1

Nous entretenons les actualités de nos sites web. Leurs calendriers. Leurs pages “Informations pratiques”.

Parfois les actualités de l’université. Pour des bibliothèques de plus en plus nombreuses, les horaires via Affluences.

Un rapide tour d’horizon, sans prétention à l’exhaustivité, en ce lundi de Pâques, m’a montré qu’une des multiples portes d’entrée sur les informations pratiques des BU était souvent négligée [et que bien des BU - y compris celles de la BUA - étaient fermées ce jour là... voire ceux qui précédent - mais c'est une autre histoire... ].

D’où un court billet pour vous causer de Google My Business, le service qui va vous permettre de gérer ce que vos bibliothèques disent d’elles au premier regard : Continue reading

Digital natives & co

Parfois, on tombe sur un texte qui donne à penser. En anglais.
En tant que bibliothécaire francophone, cela donne envie de le partager. Traduire, comme je l’ai déjà fait pour le manifeste d’Aaron Schmidt Pour une bibliothèque attentive à ses utilisateurs, ou la réaction à chaud de David Lankes après le massacre à Charlie Hebdo, est un des moyens les plus faciles de participer à la réflexion collective.

The death of the digital native: four provocations from Digifest speaker, écrit par le Dr Donna Lanclos, est une keynote donné lors du #Digifest2016, organisé par le JISC en février 2016 pour les décideurs britanniques de l’ESR. Pourquoi ces 4 opinions m’ont-elle donné envie de les traduire ?

Continue reading

Bibliothèques ouvertes : ouvrir le dimanche 2016-


Chaumont sur Loire  25 juin 2015  079

Ouvrir mieux lorsqu’on offre déjà une amplitude hebdomadaire de 84 h (8h30-22h30) ? Fallait-il le faire et pourquoi ? Comment ? Retour sur 8 mois de préparation du projet d’ouverture dominicale de la BU St Serge à partir de novembre 2016.

Pourquoi ouvrir encore plus ?

  • Parce qu’il y a plus d’étudiants (de 18 500 en 2009 à 22 710 en 2016).
  • Parce que les étudiants le demandent et en ont objectivement besoin.
  • Parce qu’on ne peut pas pousser les murs et que seuls deux leviers permettent de jouer sur la capacité d’accueil : le nombre de places et l’amplitude horaire.
  • Parce qu’un co-financement dédié va permettre d’expérimenter si, quand et comment cela est faisable et pertinent pendant 3 ans. Continue reading

Combien ça coûte ?

Nous avons publié des tableaux de synthèse sur l’évolution des coûts et de la consultation de la documentation électronique jusqu’en 2013 dans le gros rapport d’activité de la BUA. L’arrêt de ce “bottin” annuel remplacé par des infographies plus légères ne nous empêche pas de compiler ces données chaque année.

En attendant une analyse plus fine et rédigée, dans le cadre d’un rapport encore à produire qui reprendra les évolutions majeures de la BUA de 2013 à 2016, et dans la droite ligne de l’initiative de nos collègues clermontois, voici un fichier pdf Continue reading