Aller voir ailleurs (si on y est)

bua_bnf

 

  •  Comment réfléchir en équipe aux évolutions de la bibliothèque et donner les moyens à chacun d’y contribuer de manière créative et constructive ?
  • Quels pas de côté est-il possible de proposer aux collègues sans exploser les budgets de mission ni empiéter de manière trop lourde sur le fonctionnement courant de la BUA et la vie personnelle des agents ?
  • Comment éviter les clivages entre :
  1. celles et ceux qui ont des profils leur permettant de faire de la veille, de participer à des réseaux nationaux ou internationaux, qui lisent ou parlent autre chose que le français et vont voir ailleurs quand ils le peuvent (principalement les catégories A), voire même, sont invité.es pour le faire,
  2. celles et ceux qui ont ont travaillé dans plusieurs bibliothèques et ont encore des contacts avec leurs anciens collègues,
  3. et enfin celles et ceux qui font leur boulot quotidien avec dévouement mais n’ont ni le temps, ni les moyens d’aller voir ailleurs comment c’est, ni même d’échanger professionnellement hors de leur sphère quotidienne ?

Nous tournons autour de ces questions depuis des années et creusons 3 sillons complémentaires :

  1. Inviter des collègues d’ailleurs à venir nous voir
  2. Inciter les individus à partir en éclaireur
  3. Organiser des voyages en équipe

Voici quelques précisions sur chacun de ces axes :

1. Laissez venir à nous les collègues d’ailleurs

BUApro_201812Les visites #BUApro sont un de nos moyens préférés pour multiplier les échanges avec des collègues de toutes catégories d’autres bibliothèques françaises (plus d’une centaine de personnes accueillies depuis 2016 et plus de 20 collègues de la BUA mobilisés au moins une fois dans le cadre du speedating ou de l’organisation de ces journées). Le couplage avec le BIBA+Camp nous a même permis, en juillet 2019, d’organiser la rencontre avec une équipe de collègues de la BnF ! 

Accueillir le départ de l’édition 2018 Angelle de Cyclobiblio et organiser avec des volontaires la journée angevine de lancement participait de la même intention.

Il nous est aussi arrivé de faire faire un tour moins immersif aux collègues de l’ABF ou ADBS en ayant fait la demande : bilan, peu d’interactions croisées, d’où notre préférence pour le dispositif BUApro plus riche tant pour les visiteurs que pour notre équipe.

2. Keep calm and exit the building

Erasmus + : depuis mon séjour dans ce cadre à Glasgow en 2010, je fais la promotion de la mobilité Erasmus + pour les professionnels, avec un succès mitigé. Seuls deux cadres ont finalisé un dossier jusqu’ici (je suppute le rôle non négligeable de la fracture linguistique, mais aussi quelque chose de l’ordre de l’angoisse de partir seul.e, de laisser sa famille se débrouiller quelques jours sans mater/pater/filius/filia familias dévoué.e  et de se retrouver isolé.e en terre inconnue).

isew_mxszNadine Kiker a été accueillie chaleureusement en 2017 à l’Université libre de Berlin, sur un programme personnalisé travaillé avec l’établissement d’accueil. Maxime Szczepanski a joué le français de service dans le séjour de découverte ISEW libraries de l’université de Helsinki, après avoir vu son dossier de candidature sélectionné en 2019 (15 sur environ 40 semblerait-t-il).

J’avais choisi une restitution via des billets de blog et Twitter, Nadine a tenu un journal de bord puis partagé son expérience dans le cadre du BIBA+Camp 2017, notre journée d’échanges professionnels interne de début d’été, et Maxime a partagé sur son compte twitter @Mxsz ses visites au fil de l’eau et lui aussi fait une restitution collective au BIBA+Camp 2019.

Cyclobiblio : 1 à 2 possibilités de participer à Cyclobiblio (ou cycling for libraries) sont financées chaque année : 4 collègues, 2 A, 1 B, 1 C en ont bénéficié.

Formation professionnelle : une vraie question, tant sur les objectifs réels en dehors de quelques cas ponctuels (concours surtout) que sur la restitution et la remise dans le collectif des expériences et apprentissages singuliers acquis dans ce cadre.

Journées d’études : Nous ne courons pas après les journées d’études, à l’exception de celle de l’ABES en mai, qui reste un bon moyen de reconnaître le rôle de correspondant Abes et de se tenir au courant de nombreux enjeux collaboratifs tournant autour des données. J’ai eu plaisir à m’investir dans celles de l’ADBU, mais le côté “donner plus à ceux qui ont déjà beaucoup” du congrès annuel est un peu frustrant et, à ce titre, j’apprécie beaucoup toutes les journées thématiques favorisant les échanges intercatégoriels, comme celles des formateurs, etc. même si jusqu’à présent de notre côté, la participation est restée plutôt confinée aux cadres BUA parfois invités à y contribuer comme animateurs.

Au niveau international nous ne participons  ni à LIBER, ni à l’IFLA, le budget pour faire partir une ou deux personnes étant supérieur à ce que nous sommes prêts à mettre au regard de l’objectif de partage d’expériences hors les murs et risquant de creuser le 2 poids, deux mesures entre cadres et reste de l’équipe. Dans l’idée de ne pas épuiser comme directrice le budget missions, j’ai co-financé personnellement ma 1ère participation à UXlibs, ainsi que la deuxième et la troisième (avec comme objectif de ne pas dépasser le prix de 2 jours de mission classique à Paris) , et suis heureuse d’avoir gagné une participation gratuite à celle de 2020 !

Frédéric Hersant, notre archiviste, participe au congrès AAF et  aux rencontres de la section Aurore.

Nous essayons, dans la mesure du possible, et si les sujets se rapprochent de nos métiers ou collections, d’encourager les collègues à suivre les journées d’études organisées à l’UA. Le cas se présente encore peu mais cela est arrivé 3 ou 4 fois en 2018-2019.

3. L’invitation aux voyages

Journée professionnelle d’été

chaumont_sur_loire_25_juin_2015_105Depuis 2009, un voyage professionnel est proposé à l’ensemble de l’équipe avec un départ en bus tous ensemble. Sans régularité dans les débuts (2009, La Rochelle, 2010 BU de Nantes et BM autour de Nantes 2011, la BM Jean Vilar nouvellement ouverte à Angers). Depuis 2013, le voyage est couplé à la réunion générale de juin et s’est décentré progressivement des bibliothèques…

  • 2013 BnF et BULAC
  • 2014 Abbaye de Fontevraud
  • 2015 Festival des jardins Chaumont sur Loire
  • 2016 Maison Julien Gracq à Saint Florent le Vieil et promenade
  • 2017 Centre de restauration de la BnF à Sablé sur Sarthe
  • 2018 Terra Botanica
  • 2019 UAtour : visite d’un laboratoire de matériaux en Sciences, du Fablab de Polytech, du centre de simulation en santé et du jardin botanique…

L’UAtour offre encore des tas de possibilités et nous risquons de creuser cette piste encore une année ou deux, tant il paraît important de bien connaître et comprendre son environnement immédiat !

Les petits et grands voyages des groupes métiers

Nous essayons depuis quelques années d’animer des groupes métiers transversaux, mélangeant des collègues des deux sites principaux. Un budget est prévu pour que les groupes qui le souhaitent puissent proposer un voyage d’un ou deux jours sur la thématique qu’il travaille.

Ainsi depuis 2016 plusieurs groupes ont réussi à proposer et mener à bien des sorties de terrain avec à la clé des rencontres avec d’autres équipes et des échanges très appréciés.

  • 2017 Groupe Aménagement et mobilier (GAME) : voyage 2 jours à Lille (visite de Liliad, BU Santé Lille 2, bibliothèque de Science po) – 7 participants, C, B, A
  • 2017 (?) Groupe Formation des usagers (Formus) : rencontre avec l’équipe de formateurs de Paris 6 et visites des salles d’innovation pédagogique
  • 2018 Groupe Formation des usagers (Formus) : rencontre avec l’équipe de formateurs de la BU du Mans
  • 2018 Groupe Transferts et réservations (TER) : voyage 3 jours à Copenhague pour travailler sur l’anonymisation des données et intégrer nouvelle responsable du groupe – 7 participants C, B, A – 3 séances de restitution, dont BIBA+Camp
  • 2018-2019 Groupe Valorisation des collections (Valo) : 2018 : 1/2 journée visites en ville d’une librairie et de la BM, 2019 : 1/2 journée rencontre de l’équipe de la bibliothèque de Mazé et visite – 10 participants C, B, A
  • 2019 Groupe Relations aux usagers et analyse de pratiques : rencontre avec l’équipe de la BU de St Etienne et visite des BU Tréfilerie et Santé – 5 participants C, B, A – accueil de 2 collègues de St Etienne pendant BIBA+camp 2019
  • 2019 Groupe PEB : rencontre avec l’équipe PEB de la BU de Caen – 5 participants C, B, A
  • 2019 Groupe Matos (prêt de matériel) : rencontre avec l’équipe de la BU de Caen, de la BM de Caen, des 7 lieux et visites 6 participants C, B, A – Restitution lors du BIBA+camp…

L’expérience 2019 : visites d’inspiration ouvertes à tous

Dans le cadre d’une réflexion collective sur la préparation du prochain contrat pluriannuel objectifs et moyens de la BU (2021-2025), nous avons choisi de proposer aux collègues de la BUA deux séjours dans des pays ayant fait de longue date le pari de bibliothèques bien financées et attentives aux besoins des communautés qu’elles desservent. Voici le résumé de ce projet “Voyages d’inspiration”, en cours, qui fera l’objet d’une restitution “à chaud” et d’un partage sur BUApro via quelques cartes postales, si j’en ai le courage [ou réussis à exploiter féodalement Antoine T., élève conservateur embarqué dans l'aventure] pour le voyage Bénélux (je ne participe pas au 2nd voyage Danemark et ne sais ce que pourront faire les collègues)…

Télécharger (PDF, 7.13MB)

La question des inscriptions a été gérée en plusieurs étapes.

1. Février 2019 : Présentation de l’idée générale de voyage d’inspiration collectif et formulaire intranet de manifestation d’intérêt et propositions de destinations = 25 personnes font preuve d’intérêt pour la proposition.

2. Mars 2019 : étude faisabilité transports, contacts pris dans les bibliothèques, travail artisanal de tour operator (j’aime internet).

3. Avril 2019 : réunion interne BUAngers ouverte à qui veut y assister, avec accent sur les 25, diaporama de présentation, histoire que ceux qui ne partent pas aient une idée de ce que les autres verront et que ceux qui sont intéressés puissent se projeter. Le diaporama est aussi utilisé côté gouvernance de l’UA.

4. Mi avril : engagement ferme et réservation des vols (encore) low cost – ce n’est pas top côté éthique mais le rapport coût+praticité+temps de transport allait du simple au triple sur tous les critères. 7 personnes pour voyage Danemark (plusieurs collègues y étaient déjà allés via le groupe TER) et 10 pour le parcours Bénélux

5. 1 réunion de calage collective de 1 heure avant l’été, 1 réunion par voyage.

[Note 24/09/2019]

Inviter sans imposer 

Une remarque sur Twitter disant “ça devrait être obligatoire” me fait ajouter ce dernier paragraphe.

L’articulation avec les missions quotidiennes est un vrai nœud et quel que soit le volontarisme de l’encadrement, certain. es estimeront toujours que ce n’est pas du “vrai travail”.

Les démarches individuelles sont volontaires et à l’initiative des collègues. Les journées professionnelles se font un jour de fermeture de la bibliothèque et les gens ne souhaitant pas y participer doivent poser un jour de congé. C’est le seul moyen d’éviter les projections négatives sur l’air du “y-en-a-qui-bossent-pendant-que-d-autres-se-baladent”.

Que ce billet soit l’occasion de dire qu’aller voir ailleurs est un effort, que prendre du recul sur sa pratique et pouvoir apporter au collectif des idées est une richesse et que travailler ne se résume pas à exécuter. Pour ceux qui le souhaitent, c’est aussi une manière d’apporter un peu d’eux mêmes.

Comme j’aimerais que des temps d’observation des usages et d’écoute des personnes venant (ou pas) à la BU représentent un jour 2% de notre temps total de travail (74000 h, donc 1480 h, soit environ 1 etp), et se jouent en équipe pour nourrir la réflexion sur la manière dont nous devons continuer, arrêter ou commencer à faire des choses, j’ai la même aspiration sur la veille.

Aller voir ailleurs et ramener des échanges dans le collectif ne va pas encore de soi, à la BUA comme ailleurs, ce qui n’empêche pas d’essayer jour après jour d’ouvrir des chemins que les gens peuvent… ou non, choisir d’emprunter sans juger ceux qui font d’autres choix.