Arrêter | Commencer | Continuer

premierjour_0La saison des entretiens professionnels approche. Pensum administratif ? Levier de changement ?
Ici, à la BU d’Angers, c’est l’occasion de poser trois questions aux gens comme à l’institution qui les fait travailler ensemble :
- y a-t-il des choses que nous voulons/vous voulez arrêter ?
- y a-t-il des choses que nous voulons/vous voulez commencer ?
- qu’est-ce que nous voulons/vous voulez continuer ?*

Et si le temps des entretiens professionnels permettait à chacun de refaire un choix explicite ? Donnait l’opportunité de faire un peu de vide, ouvrait la possibilité qu’un changement en entraîne un  autre, comme dans un jeu de tic tac toe, jusqu’à construire ensemble une nouvelle image ?

Arrêter
On pense souvent que faire naître quelque chose qui n’existait pas est difficile. Or, avoir des idées coûte infiniment moins que renoncer à des choses qui ont exigé des heures de travail, l’investissement d’une personne ou d’une équipe et ont suscité rêves et espoirs. Arrêter des services, des projets, des fonctionnements est sans doute ce qui demande le plus d’énergie, et donner le coup de grâce est souvent éludé au profit de longues agonies institutionnelles. Or, sans apoptose, pas de vie. Asphyxie et burn-out se nourrissent parfois de l’empilement des projets non achevés.

Commencer
Tout le monde aurait envie de le faire… mais arrêter étant difficile, l’envie de commencer des choses nouvelles se heurte à l’accumulation des choses anciennes. Et donc, bien souvent on entend : “j’aimerais bien, mais.”

Continuer
Et voilà, on prend les mêmes et on recommence, en attendant le prochain départ, concours ou création de poste titulaire ou contractuel. On peut assaisonner d’une pincée de “Plus de” ou d’un chouia de “Moins de”, c’est quand même, grosso modo, la même chose, voire même toujours plus de la même chose, selon une des recettes éprouvées de tonton Watzlawick.

En pratique ?
Depuis l’an dernier, à la BUA, nous posons la triple question arrêter/commencer/arrêter à deux niveaux :
- d’une part, individuellement à chacun des agents de la BU, pour identifier les éventuels ferments de changement et voir si les désirs des uns et des autres sont complémentaires. en 2015, c’était trois semaines avant le début des entretiens. En 2016, nous avons demandé l’exercice fin janvier pour début mars, avec début des entretiens mi-avril.
- d’autre part en tant qu’équipe de direction, à l’organisation elle même. C’est lorsqu’on interroge tous les projets avec cette grille arrêter/commencer/continuer que l’on construit une vision stratégique, surtout si on arrive à mettre de la matière sous les deux premiers items. En 2015, c’était encore cosmétique, notamment parce que nous sommes gourmands, mais un premier pas, raisonné, vers “faire mieux, moins de choses” - sans pour autant tomber dans le piège de la “sur-qualité” – est mieux que rien.

Et pour vous alors, pensum administratif ou heure des choix raisonnés ?

cette technique, utilisée dans les méthodes scrum, d’animation comme en développement personnel, n’est pas une recette originale. Mais comme tout marmiton, j’ai eu envie de diffuser sa variante locale du moment.

Image : Reprise [polices et icônes Piktochart] d’un truisme, qu’une recherche Google rapide attribue en vrac à Victor Hugo, à la sagesse populaire anglo-saxonne, au corpus classique des séances des AA, au titre du beau film de Rémi Bézançon, au refrain d’une chanson d’Etienne Daho “Tout peut changer… Aujourd’hui est le premier jour du reste de ta vie”. J’ai hésité à illustrer ce billet d’une image de tic tac toe , “The Great Presidential Puzzle” , montrant un jeu de taquin vu par les yeux du “boss”, mais lui ai préféré cette formule qui replace les responsabilités individuelles au coeur du processus d’évolution institutionnelle.