Un champion de taille

Le club Anjour d’aéroglisseur peut être fier! En effet, le titre de champion du monde d’aéroglisseur est détenu depuis 2012 par Denis Ragot membre de ce club.

Cet homme de 41 ans, a été sacré plusieurs fois champion du monde, trois fois champion d’Europe dans la catégorie F2 et quatre fois en F3. Ce passionné,est donc un maître dans sa catégorie.

Cette année, en août, il a eu le privilège de partir en Corée, accompagnés d’autres champions dans le but de remettre en jeu son titre, mais les machines étant de mauvaises qualités, il n’ont malheureusement pas pu concourir.

A travers le récit de son aventure, on remarque la détermination et le courage de ce champion.

Denis Ragot faisant part de son expérience

Photo prise par Emeline R. et publiée avec son autorisation.

Vous pouvez trouver ci dessous, le lien permettant de découvrir l’aventure vécue en Corée par Denis Ragot.Son témoignage illustre parfaitement le fait que l’objectif des pilotes, au-delà d’obtenir des résultats, c’est aussi faire partager leur plaisir et leur savoir sur le sport qu’il pratique. Ce sont plus que des pilotes, ce sont des véritables passionnés et croyez nous sur parole, les voir et les entendre vous donner envie de vous envoler aussi…

http://anjou-aeroglisseur.com/?ga_id=50

Retour vers le passé de l’aéroglisseur

Le terme d’aéroglisseur n’est apparu que vers la fin des années 1950. Cependant, avant de devenir un sport extrême pratiqué dans le monde entier, son utilité s’est révélée tout autre à son apparition.

On peut attribuer la paternité de ce véhicule au suédois Emmanuel Swedenborg. Néanmoins, son prototype s’avéra non fonctionnel.

Après différents projets dans le monde entier, l’aéroglisseur tel que nous le connaissons aujourd’hui fut créé dans les années 50. En effet, un britannique du nom de Sir Cokerell, revu le concept d’aéroglisseur. Il a de ce fait, remplacé les cousins d’airs qui étaient assez souple, par des coussins rigides. Cependant, se posait toujours le problème de franchissement des reliefs : la conduite de ces véhicules était assez difficile. Ainsi, la rigidité des coussins rendaient le véhicule d’une part plus lourd, donc plus lent, et d’autre part, posait des problèmes de franchissement des inégalités de reliefs.

L’idée a ensuite été reprise par une société française du nom de Bertin, spécialisée dans l’ingénierie qui a repris les différents concepts jusqu’alors développé. De ce fait, on a vu apparaître les aéroglisseurs tel qu’expérimentés actuellement. En effet, en 1957 un ingénieur du nom de Louis Duthion modifie la composition des cousins d’air aboutissant au dépôt d’un brevet en 1961. La société Bertin, utilisera ensuite les travaux de Duthion pour appliquer sa théorie à divers véhicules de transports, et notamment aux aéroglisseurs. Quelques années plus tard, cette société créera le « terraplane » ; un aéroglisseur a visée militaire. Parallèlement est créé en France, la société Bertin et cie en 1955. Un des ingénieurs de cette société du nom de Louis Duthion déposa le brevet du coussin à air en 1961. Ce brevet permis ensuite à Jacques Bertin d’utiliser les coussins à air sur des moyens de transports, notamment sur les aéroglisseurs.

Dans d’autres pays du monde les aéroglisseurs furent utilisés à des fins militaires. Par exemple, un ingénieur soviétique du nom de Levkov, utilisa les différents prototypes crées pour mettre en place un aéroglisseur pour l’armée soviétique.

Cependant, ces véhicules ont été développés à des fins autres que militaires. On a ainsi vu dans les années 70, l’utilité maritime de ceux-ci. Ainsi, de diverses expéditions ont été menées en aéroglisseurs, comme par exemple en Antarctique. En effet, ces véhicules permettent de par leur ergonomie et leurs compositions, de résister à des températures extrêmes.

De plus, les aéroglisseurs ont servit jusque dans les années 2000, de transport commercial entre la France et l’Angleterre. Bien que ce projet ait pris fin à cause notamment du coût de ces véhicules, il aura duré près d’une trentaine d’année.

On observe aujourd’hui une utilisation assez diversifiées des aéroglisseurs, allant de l’utilisation par l’armée à la pratique sportive.

L’aéroglisseur de nos jours..


Photo prise par Emeline R. et publiée avec son autorisation

L’aéroglisseur en quelques mots

Selon le dictionnaire, l’aéroglisseur est donc un « Véhicule se déplaçant sans frottement, grâce à un volume d’air en surpression par rapport à l’atmosphère enfermée entre le fond du véhicule et la surface sur laquelle il se déplace (coussins d’airs). ».

Pour bien comprendre cette définition, il faut dans un premier lieu comprendre l’utilisation d’un aéroglisseur. Il s’agit en effet d’un véhicule amphibie, c’est à dire qu’il se déplace à la fois sur la terre et sur la mer. Ils fonctionnent de la même façon que les véhicules moteurs sauf que les traditionnelles roues sont remplacées par des cousins remplis d’airs ou de différents gaz.

La force des ces véhicules repose sur leur originalité : ses cousins d’airs. Ces derniers sont remplis d’airs ou de gaz mais à faible pression qui est maintenue par une soufflante à l’intérieur des coussins afin d’éviter les pertes d’airs.

Afin que ces derniers ne se percent pas, les parois qui les entourent sont composées de matériaux rigides qui permettent à la fois une certaine souplesse, permettant aux véhicules de pouvoir mieux s’adapter aux différents reliefs terrestres, ou de résister aux courants maritimes.

Le véhicule est surmonté à la surface de deux ou plusieurs hélices permettant de faire avancer celui-ci grâce à une propulsion aérienne, en plus de celle du moteur.

Enfin, ce véhicule se dirige à l’aide soit de gouvernail, soit d’orientation du souffle.

Malgré les différentes définitions donnés par les organismes mondiaux, on peut remarquer que les caractéristiques de base des aéroglisseurs sont les mêmes dans le monde entier.
Ainsi, pour l’ « Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle », l’aéroglisseur se définit comme : « tous les véhicules qui sont entièrement ou partiellement supportés par des coussins d’air ou d’autres gaz ».
Pour le « Journal Officiel de la République Française » de 2008, il s’agit de «navire conçu pour évoluer à proximité de la surface de l’eau, sans contact avec cette dernière, et à une altitude inférieure à la longueur de coque de l’engin. ».

Un sport extrême

Photo prise par Emeline R. et publiée avec son autorisation

Quid sur le club Anjou aéroglisseurs

Le club Anjou Aéroglisseurs a été créé en 1977 et se dénommait alors Club Anjou Bretagne Aéroglisseurs. Le premier aéroglisseur construit par le club fut l’Omnisurf I, il était équipé d’un moteur Chevrolet Corvair.

Le premier aéroglisseur !

L’Omnisurf II fut lui construit dans les années 1984-1985 et était équipé d’un moteur Citroën 3CV et d’une coque en polystyrène recouverte de fibre de verre et d’époxy. C’est grâce à cet engin que le club a pu prendre son essor. Suivra l’Omnisurf 10 et bien d’autres encore parmi lesquels le Sirus qui a cumulé en 2002 les titres de champion d’Europe et champion du Monde en formule 2.

L’activité du club ne se résume pas à sa participation aux championnats de France, d’Europe et du monde car son objectif est aussi de faire découvrir et de partager sa passion, ce qu’il fait d’ailleurs à Grez-Neuville tous les deux ans ! Le club propose des démonstrations d’aéroglisseurs de compétitions et de plaisances. Lors de ces démonstrations, on peut assister à des simulations de courses (dont l’organisation est très encadrée), effectuer des baptêmes dans un aéroglisseur de plaisance qui peut accueillir 6 à 7 personnes ou encore assister à des évolutions d’aéroglisseurs radio-commandés.

Le club Anjou c’est aussi des voyages (Suède, Allemagne…) et des actions humanitaires (démonstrations pour le Téléthon le 7 décembre dernier au Lion d’Angers).

Un aéroglisseur en format miniature !!

Durant toutes ces interventions, il est possible de s’approcher des machines et surtout de discuter avec les pilotes qui ont soif d’apprendre au public toutes les ficelles de leur sport.

Il est à noter que le club Anjou n’est pas le seul club d’aéroglisseurs en France puisqu’il en existe trois autres : Rhône-Alpes Motonautique, AéroLoire et Querçy, tous étant affiliés à la Fédération Française Motonautique (l’aéroglisseur est assimilé, par la loi, à un bateau).

Photos prises sur le site du club Anjou aéroglisseurs avec l’autorisation du président du club

Des inconvénients, qui restent moindre pour des passionnés !

L’aéroglisseur est un sport qui est peu connu, c’est un sport pour les passionnés de mécanique, de sensations fortes, pour les casses coups, pour ceux qui n’ont pas froid aux yeux (avis aux amateurs !) ! Car l’aéroglisseur n’est pas un engin facile à manier et souvent capricieux ! Il ne se passe pas une compétition sans qu’il n’y ait un problème mécanique et sans que les pilotes ne mettent les mains dans le cambouis en essayant, parfois sans succès, de faire redémarrer leur engin. Tout cela à un coût et il faut savoir en plus que l’on n’achète pas un aéroglisseur comme on achète un vélo ou une voiture ! Ce n’est pas un engin tout fait qui sort de l’usine et que l’on trouve en magasin ! Souvent les pilotes n’achètent que la coque puis « restaurent » leur machine. Se rajoute le coût des compétitions, des déplacements à l’étranger, de l’essence, des nombreuses pièces qu’il faut remplacer régulièrement… bref chers étudiants ce sport ne vous sera pas accessible tout de suite ! Mais vous savez ce que l’on dit, « quant on aime, on ne compte pas »…

Les pilotes apprennent des uns et des autres !

Photo prise par Emline Rillié, publiée avec son autorisation.

Mais rassurez vous, si dans cet article il a été retranscrit les inconvénients de la pratique de l’aéroglisseur, ce dernier n’en reste pas moins un sport qui, certes sort de l’ordinaire mais qui, comme tous les autres sports, a ses avantages et ses inconvénients et qui comme tout sport mécanique présente certains dangers. Ce dont on peut vous assurez c’est que monter sur un aéroglisseur, derrière un pilote expérimenté ou en solo, sur terre ou sur l’eau, c’est une expérience à vivre qui vous permettra de ressentir une montée d’adrénaline suivit d’une sensation de liberté voir d’une montée au 7e ciel sur cette engin que l’on peut parfois faire décoller…

NB : notons quand même que c’est un sport de « mecs », au sein du club Anjou, un seul pilote est « une » pilote !

La collaboration entre le club et le comité

Depuis 2009, le club Anjou Aéroglisseurs et le comité des fêtes de Grez-Neuville travaillent ensembles pour organiser, tous les deux ans, une manche du championnat d’Europe d’aéroglisseurs dans le charmant petit village de Grez-Neuville. C’est un travail de longue haleine, un énorme investissement, aussi bien financier qu’humain, mais la récompense est de taille : deux jours de sensations fortes, d’émotions et d’amusement à la fois pour le public et pour les membres des deux associations ! La relation entre ces associations fonctionne très bien, des liens d’amitiés se sont créés et certains membres du comité ont même intégrés le club Anjou aéroglisseurs et sont devenus pilotes !

Affiche 2013

Image prise sur le site du comité des fêtes avec autorisation du président du comité.

Cette année, la collaboration entre les deux associations a été encore plus loin, elles ont visées un cran plus haut et pour cela énormément de sponsors ont été démarchés. Le but étant de récolter suffisamment d’argent à la fois pour financer l’organisation de la manche du championnat d’Europe d’aéroglisseurs, qui se déroulait les 8 et 9 juin derniers à Grez-Neuville, mais aussi pour en mettre plein les yeux aux spectateurs grâce à un superbe écran géant sur site permettant de voir évoluer les pilotes sur la Mayenne (comment avez-vous pu rater ca !!!!!!)
Les prises de contacts entre les deux associations sont faites au minimum un an avant la manche du championnat et il y a un énorme travail avant (paperasse, circuit…) mais aussi pendant car gérer un nombre important de spectateurs ainsi que 50 pilotes et leurs mécaniciens, ce n’est pas une mince affaire. Bien entendu, le plus sympa, c’est le travail fournit après : ramassage des déchets, démontage des installations, vidange des toilettes chimiques (ça c’est le plus cool !)…

Un public toujours au rendez-vous !

Photo prise par Emline Rillié, publiée avec son autorisation.

Quoi qu’il en soit même si parfois ce n’est pas toujours simple d’organiser une telle manifestation, l’ambiance entre les deux associations reste conviviale et bon enfant et les membres du comité des fêtes n’hésitent pas à aller encourager les pilotes lors de leurs différentes compétitions, des pilotes que l’on retrouve « flânant » à Grez-Neuville lors du vide grenier organisé par le comité au mois d’avril.

Des photos… pour vous en mettre plein les yeux !

Retrouvez encore plus de photos sur le site internet http://anjou-aeroglisseur.com/photo.php
et le facebook de la photographe https://www.facebook.com/media/set/?set=a.192683467546905.1073741836.192400820908503&type=3

Impressionnant non ?

On ne vous mentait pas, ces machines volent !

Une belle brochette de machines volantes !!

Les aéro, on les retrouve aussi sur l’eau !

Photos prises par Emline Rillié publiées avec son accord.

Le comité des Fêtes de Grez-Neuville vous accueil sur le net !

N’hésitez pas à aller faire un tour sur ces sites pour faire connaissance avec le comité et vous rendre compte du travail fourni cette année pour le championnat d’Europe d’Aéroglisseurs !

http://grezneuvillecomitedesfetes.e-monsite.com/

http://grez2013.anjou-aeroglisseur.com/index.php